"J'exhorte les forces de sécurité à arrêter la violence et à rejoindre le peuple biélorusse. Si vous ne le faites pas, vous n'échapperez pas à un procès et à une punition justes", a déclaré Mme Tikhanovskaïa dans un communiqué. L'opposante revendique la victoire à l'élection du 9 août, affirmant que le président Alexandre Loukachenko, a truqué le scrutin pour prolonger son règne qui dure depuis 26 ans. Elle a fui en Lituanie dans les jours qui ont suivi le vote, au milieu de manifestations anti-gouvernementales sans précédent qui continuent à secouer l'ancienne république soviétique. Mme Tikhanovskaïa a indiqué qu'elle travaillait sur sa liste noire avec une équipe de militants des droits de l'Homme. "Nous préparons une liste de ces fonctionnaires et membres des forces de l'ordre qui ont participé et continuent de participer aux exactions policières", a-t-elle déclaré. "Nous enverrons cette liste à l'Ukraine, à la Turquie, à la Russie, aux États membres de l'UE et aux États-Unis. Cette liste sera rendue publique", a précisé l'opposante. L'Union européenne travaille sur des sanctions contre ceux qu'elle tient responsables d'avoir truqué le vote et réprimé les manifestations. Les trois États baltes -l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie- ont déjà inscrit sur leurs listes de personnes indésirables M. Loukachenko et 29 autres hauts fonctionnaires de la commission électorale, des ministères et de la police bélarusses. (Belga)

"J'exhorte les forces de sécurité à arrêter la violence et à rejoindre le peuple biélorusse. Si vous ne le faites pas, vous n'échapperez pas à un procès et à une punition justes", a déclaré Mme Tikhanovskaïa dans un communiqué. L'opposante revendique la victoire à l'élection du 9 août, affirmant que le président Alexandre Loukachenko, a truqué le scrutin pour prolonger son règne qui dure depuis 26 ans. Elle a fui en Lituanie dans les jours qui ont suivi le vote, au milieu de manifestations anti-gouvernementales sans précédent qui continuent à secouer l'ancienne république soviétique. Mme Tikhanovskaïa a indiqué qu'elle travaillait sur sa liste noire avec une équipe de militants des droits de l'Homme. "Nous préparons une liste de ces fonctionnaires et membres des forces de l'ordre qui ont participé et continuent de participer aux exactions policières", a-t-elle déclaré. "Nous enverrons cette liste à l'Ukraine, à la Turquie, à la Russie, aux États membres de l'UE et aux États-Unis. Cette liste sera rendue publique", a précisé l'opposante. L'Union européenne travaille sur des sanctions contre ceux qu'elle tient responsables d'avoir truqué le vote et réprimé les manifestations. Les trois États baltes -l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie- ont déjà inscrit sur leurs listes de personnes indésirables M. Loukachenko et 29 autres hauts fonctionnaires de la commission électorale, des ministères et de la police bélarusses. (Belga)