L'affaire remonte à 2007, lorsque Limonov avait déclaré en direct sur Radio Free Europe/Radio Liberty que les tribunaux de Moscou étaient contrôlés par Iouri Loujkov, à l'époque maire de la capitale russe. M. Limonov, qui était à la tête "d'une large coalition de groupes d'opposition", s'exprimait sur le refus des autorités moscovites d'autoriser un rassemblement baptisé "Marche des désaccords", selon un communiqué de la Cour. À la suite d'une plainte pour diffamation déposée par M. Loujkov, M. Limonov et la radio furent notamment condamnés à lui verser environ 14.000 euros chacun. Devant les difficultés de l'écrivain à payer cette somme, les tribunaux "restreignirent de manière permanente en 2009 son droit de quitter la Russie", arguant qu'il n'avait pas honoré l'intégralité du paiement, selon la Cour. Les recours de M. Limonov, écrivain ultranationaliste âgé aujourd'hui de 76 ans et fondateur du Parti national bolchévique (NBP, interdit en 2007), furent rejetés par les juridictions russes. Dans son arrêt, la Cour "constate une ingérence dans l'exercice de (l'écrivain) de son droit à la liberté d'expression", estimant que ses propos incriminés portaient "sur des questions d'intérêt général", comme "l'exercice des droits politiques" ou "le fonctionnement du pouvoir judiciaire". (Belga)

L'affaire remonte à 2007, lorsque Limonov avait déclaré en direct sur Radio Free Europe/Radio Liberty que les tribunaux de Moscou étaient contrôlés par Iouri Loujkov, à l'époque maire de la capitale russe. M. Limonov, qui était à la tête "d'une large coalition de groupes d'opposition", s'exprimait sur le refus des autorités moscovites d'autoriser un rassemblement baptisé "Marche des désaccords", selon un communiqué de la Cour. À la suite d'une plainte pour diffamation déposée par M. Loujkov, M. Limonov et la radio furent notamment condamnés à lui verser environ 14.000 euros chacun. Devant les difficultés de l'écrivain à payer cette somme, les tribunaux "restreignirent de manière permanente en 2009 son droit de quitter la Russie", arguant qu'il n'avait pas honoré l'intégralité du paiement, selon la Cour. Les recours de M. Limonov, écrivain ultranationaliste âgé aujourd'hui de 76 ans et fondateur du Parti national bolchévique (NBP, interdit en 2007), furent rejetés par les juridictions russes. Dans son arrêt, la Cour "constate une ingérence dans l'exercice de (l'écrivain) de son droit à la liberté d'expression", estimant que ses propos incriminés portaient "sur des questions d'intérêt général", comme "l'exercice des droits politiques" ou "le fonctionnement du pouvoir judiciaire". (Belga)