"Servir des repas chauds sur place n'est désormais plus possible, mais on va essayer de mettre quand même des plats chauds dans les sacs de vivres, au minimum une soupe", a expliqué dimanche soir, juste avant le lancement de l'opération, Céline Vivier, la nouvelle présidente de l'asbl Opération Thermos. "On a dû changer tout à fait la disposition dans la station Botanique pour assurer des distances de sécurité. La file devra aller relativement vite, les personnes rentrent d'un côté et sortent de l'autre pour éviter les croisements, et elles ne peuvent pas faire de rassemblements", a-t-elle détaillé. "On va également leur fournir des masques, que nous reprendrons pour les laver afin de pouvoir leur donner chaque soir un masque propre", a précisé Céline Vivier. L'asbl a besoin de nourriture, de masques, de gel hydroalcoolique, mais aussi de bras pour gérer au mieux cette nouvelle logistique. (Belga)

"Servir des repas chauds sur place n'est désormais plus possible, mais on va essayer de mettre quand même des plats chauds dans les sacs de vivres, au minimum une soupe", a expliqué dimanche soir, juste avant le lancement de l'opération, Céline Vivier, la nouvelle présidente de l'asbl Opération Thermos. "On a dû changer tout à fait la disposition dans la station Botanique pour assurer des distances de sécurité. La file devra aller relativement vite, les personnes rentrent d'un côté et sortent de l'autre pour éviter les croisements, et elles ne peuvent pas faire de rassemblements", a-t-elle détaillé. "On va également leur fournir des masques, que nous reprendrons pour les laver afin de pouvoir leur donner chaque soir un masque propre", a précisé Céline Vivier. L'asbl a besoin de nourriture, de masques, de gel hydroalcoolique, mais aussi de bras pour gérer au mieux cette nouvelle logistique. (Belga)