La sécheresse, la pandémie de Covid-19 et le déplacement de populations provoqué par l'offensive des talibans, qui ont pris le contrôle du pays, "ont durement frappé les communautés rurales de l'Afghanistan, en particulier ses cultivateurs et éleveurs", s'alarme dans un communiqué l'agence des Nations unies pour l'Alimentation et l'agriculture (FAO). Pas moins de 14 millions d'Afghans, dont deux millions d'enfants, souffrent actuellement d'insécurité alimentaire aiguë, soit un Afghan sur trois. Trois millions de bêtes sont menacées. "Si nous ne portons pas assistance aux personnes les plus affectées par la sécheresse sévère, nombre d'entre elles devront abandonner leurs fermes et seront déplacées", a prévenu le directeur général de la FAO, Qu Dongyu. "Cela risque d'aggraver l'insécurité alimentaire et menace encore un peu plus la stabilité de l'Afghanistan." La FAO demande 18 millions de dollars (environ 15 millions d'euros) pour financer l'achat de graines de blé avant les semences de blé en septembre, dont dépendent 250.000 cultivateurs et leurs familles, soit 1,5 million de personnes, alors que le rendement des récoltes en cours devrait être de 20% inférieur à celui de 2020. Le Programme alimentaire mondial (PAM) estimait mi-août avoir besoin de 234 millions de dollars jusqu'à la fin de l'année pour assurer l'aide aux populations vulnérables en Afghanistan. (Belga)

La sécheresse, la pandémie de Covid-19 et le déplacement de populations provoqué par l'offensive des talibans, qui ont pris le contrôle du pays, "ont durement frappé les communautés rurales de l'Afghanistan, en particulier ses cultivateurs et éleveurs", s'alarme dans un communiqué l'agence des Nations unies pour l'Alimentation et l'agriculture (FAO). Pas moins de 14 millions d'Afghans, dont deux millions d'enfants, souffrent actuellement d'insécurité alimentaire aiguë, soit un Afghan sur trois. Trois millions de bêtes sont menacées. "Si nous ne portons pas assistance aux personnes les plus affectées par la sécheresse sévère, nombre d'entre elles devront abandonner leurs fermes et seront déplacées", a prévenu le directeur général de la FAO, Qu Dongyu. "Cela risque d'aggraver l'insécurité alimentaire et menace encore un peu plus la stabilité de l'Afghanistan." La FAO demande 18 millions de dollars (environ 15 millions d'euros) pour financer l'achat de graines de blé avant les semences de blé en septembre, dont dépendent 250.000 cultivateurs et leurs familles, soit 1,5 million de personnes, alors que le rendement des récoltes en cours devrait être de 20% inférieur à celui de 2020. Le Programme alimentaire mondial (PAM) estimait mi-août avoir besoin de 234 millions de dollars jusqu'à la fin de l'année pour assurer l'aide aux populations vulnérables en Afghanistan. (Belga)