Il s'agit d'"actes scandaleux", selon le Conseil qui demande à la Corée du Nord "de les arrêter immédiatement", dans une déclaration publiée à l'issue d'une réunion d'urgence à huis clos. "Ces actions ne sont pas seulement une menace pour la région mais aussi pour tous les Etats membres de l'ONU." Les tirs nord-coréens "comme ses autres récentes actions et déclarations publiques sapent délibérément la paix régionale et la stabilité", ajoute le texte - qui ne parle pas de nouvelles sanctions - et qui a été approuvé par les 15 membres du Conseil de sécurité, dont le Japon, membre non-permanent. Le missile balistique nord-coréen qui a survolé vendredi ce pays était capable d'atteindre l'île américaine de Guam dans le Pacifique, selon des experts. Il a parcouru une distance inédite après avoir été tiré d'un site proche de Pyongyang, quatre jours après l'adoption par l'ONU d'une huitième série de sanctions pour tenter de pousser le pays reclus à négocier ses programmes balistique et nucléaire interdits. La nouvelle résolution sanctionnait un sixième essai nucléaire nord-coréen, de loin le plus puissant et qui concernait selon Pyongyang une bombe H suffisamment petite pour équiper un missile. (Belga)

Il s'agit d'"actes scandaleux", selon le Conseil qui demande à la Corée du Nord "de les arrêter immédiatement", dans une déclaration publiée à l'issue d'une réunion d'urgence à huis clos. "Ces actions ne sont pas seulement une menace pour la région mais aussi pour tous les Etats membres de l'ONU." Les tirs nord-coréens "comme ses autres récentes actions et déclarations publiques sapent délibérément la paix régionale et la stabilité", ajoute le texte - qui ne parle pas de nouvelles sanctions - et qui a été approuvé par les 15 membres du Conseil de sécurité, dont le Japon, membre non-permanent. Le missile balistique nord-coréen qui a survolé vendredi ce pays était capable d'atteindre l'île américaine de Guam dans le Pacifique, selon des experts. Il a parcouru une distance inédite après avoir été tiré d'un site proche de Pyongyang, quatre jours après l'adoption par l'ONU d'une huitième série de sanctions pour tenter de pousser le pays reclus à négocier ses programmes balistique et nucléaire interdits. La nouvelle résolution sanctionnait un sixième essai nucléaire nord-coréen, de loin le plus puissant et qui concernait selon Pyongyang une bombe H suffisamment petite pour équiper un missile. (Belga)