Concrètement, l'ONE et les six universités francophones (université de Mons, université de Liège, université de Namur, université libre de Bruxelles, université catholique de Louvain et université Saint-Louis) ont identifié cinq thématiques prioritaires sur lesquelles se pencher, à savoir l'enfant et la santé, l'enfant et son éducation, l'enfant et sa famille, l'enfant et l'action publique et enfin, l'enfant et ses mondes sociaux. Des groupes d'échanges et de partages, des ateliers pluridisciplinaires, des appels à projets mais également des journées d'études internationales seront organisés afin d'y travailler. Un des objectifs visés est de mutualiser les nouvelles connaissances sur le bien-être et la qualité de vie des enfants et de leur famille alors que "les avancées scientifiques nous permettent de mieux orienter les politiques publiques sur le terrain", souligne Benoît Parmentier. "Face à cette approche novatrice de développer des projets interuniversitaires et interdisciplinaires, l'enthousiasme des universités s'est rapidement manifesté, l'idée étant d'impulser des interactions entre les équipes de recherche d'une part et les équipes de terrain de l'autre", a commenté Serge Schiffmann, vice-recteur à la recherche de l'ULB et président du conseil de la recherche des six universités. Un comité académique, composé des vice-recteurs à la recherche de chacune des six universités francophones, d'intervenants de l'ONE, d'un représentant de l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse ainsi que d'un représentant du Fonds Houtman a été créé dans l'optique d'évaluer les différents projets qui lui seront soumis. Un budget d'un million d'euros sur cinq ans a été dégagé pour l'ONE Academy. (Belga)

Concrètement, l'ONE et les six universités francophones (université de Mons, université de Liège, université de Namur, université libre de Bruxelles, université catholique de Louvain et université Saint-Louis) ont identifié cinq thématiques prioritaires sur lesquelles se pencher, à savoir l'enfant et la santé, l'enfant et son éducation, l'enfant et sa famille, l'enfant et l'action publique et enfin, l'enfant et ses mondes sociaux. Des groupes d'échanges et de partages, des ateliers pluridisciplinaires, des appels à projets mais également des journées d'études internationales seront organisés afin d'y travailler. Un des objectifs visés est de mutualiser les nouvelles connaissances sur le bien-être et la qualité de vie des enfants et de leur famille alors que "les avancées scientifiques nous permettent de mieux orienter les politiques publiques sur le terrain", souligne Benoît Parmentier. "Face à cette approche novatrice de développer des projets interuniversitaires et interdisciplinaires, l'enthousiasme des universités s'est rapidement manifesté, l'idée étant d'impulser des interactions entre les équipes de recherche d'une part et les équipes de terrain de l'autre", a commenté Serge Schiffmann, vice-recteur à la recherche de l'ULB et président du conseil de la recherche des six universités. Un comité académique, composé des vice-recteurs à la recherche de chacune des six universités francophones, d'intervenants de l'ONE, d'un représentant de l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse ainsi que d'un représentant du Fonds Houtman a été créé dans l'optique d'évaluer les différents projets qui lui seront soumis. Un budget d'un million d'euros sur cinq ans a été dégagé pour l'ONE Academy. (Belga)