"Le prochain défi consiste à augmenter la production et à distribuer rapidement et équitablement la dexaméthasone dans le monde entier, en se concentrant sur les endroits où elle est le plus nécessaire", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse virtuelle depuis le siège de l'organisation à Genève. "Heureusement, il s'agit d'un médicament peu coûteux et il existe de nombreux fabricants de dexaméthasone dans le monde entier, qui, nous en sommes convaincus, peuvent accélérer la production", a-t-il ajouté. Selon les premiers résultats de l'essai clinique britannique Recovery publiés la semaine dernière, la dexaméthasone réduit d'un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par le Covid-19. Ce médicament est le premier à montrer une amélioration de la survie chez des patients du Covid-19, alors qu'il n'existe aucun vaccin. Il est déjà utilisé dans de nombreuses indications pour son effet anti-inflammatoire puissant. L'étude britannique a également montré que la mortalité a été réduite d'un cinquième chez des patients moins gravement atteints, à qui on administrait de l'oxygène grâce à un masque, sans les intuber. En revanche, le traitement n'a montré aucun bénéfice pour les patients qui n'avaient besoin d'aucune assistance respiratoire. Le directeur général de l'OMS a souligné pour sa part que "la dexaméthasone ne doit être utilisé que pour les malades de Covid-19 en état grave ou critique, sous étroite surveillance clinique". "Il n'existe aucune preuve que ce médicament fonctionne pour les patients atteints d'une affection bénigne ou à titre préventif, et il pourrait causer des dommages", a insisté le haut responsable onusien. (Belga)

"Le prochain défi consiste à augmenter la production et à distribuer rapidement et équitablement la dexaméthasone dans le monde entier, en se concentrant sur les endroits où elle est le plus nécessaire", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, au cours d'une conférence de presse virtuelle depuis le siège de l'organisation à Genève. "Heureusement, il s'agit d'un médicament peu coûteux et il existe de nombreux fabricants de dexaméthasone dans le monde entier, qui, nous en sommes convaincus, peuvent accélérer la production", a-t-il ajouté. Selon les premiers résultats de l'essai clinique britannique Recovery publiés la semaine dernière, la dexaméthasone réduit d'un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par le Covid-19. Ce médicament est le premier à montrer une amélioration de la survie chez des patients du Covid-19, alors qu'il n'existe aucun vaccin. Il est déjà utilisé dans de nombreuses indications pour son effet anti-inflammatoire puissant. L'étude britannique a également montré que la mortalité a été réduite d'un cinquième chez des patients moins gravement atteints, à qui on administrait de l'oxygène grâce à un masque, sans les intuber. En revanche, le traitement n'a montré aucun bénéfice pour les patients qui n'avaient besoin d'aucune assistance respiratoire. Le directeur général de l'OMS a souligné pour sa part que "la dexaméthasone ne doit être utilisé que pour les malades de Covid-19 en état grave ou critique, sous étroite surveillance clinique". "Il n'existe aucune preuve que ce médicament fonctionne pour les patients atteints d'une affection bénigne ou à titre préventif, et il pourrait causer des dommages", a insisté le haut responsable onusien. (Belga)