Anticipant la probable demande des Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au terme de l'Assemblée mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus a décidé de ne pas attendre le vote d'un projet de résolution. Il a annoncé de prochaines investigations indépendantes pour évaluer les expériences et les enseignements de cette crise et faire des recommandations pour améliorer les réponses nationale et internationale. L'OMS a été attaquée à plusieurs reprises ces dernières semaines par plusieurs pays. Les Etats-Unis ont suspendu leur contribution financière pour deux mois. M. Tedros estime que chaque pays et chaque organisation devra regarder comment il ou elle a répondu "entièrement" et "de bonne foi". Il a appelé à ne pas attendre des évaluations pour que chaque Etat fasse tout ce qui est possible pour lutter contre le coronavirus. Ciblée notamment sur Ebola il y a quelques années, l'organisation avait déjà lancé une réforme pour s'adapter mieux aux situations d'urgence. "Le monde n'a pas besoin d'un nouveau plan, d'un nouveau système, d'un nouveau mécanisme, d'un nouveau comité ou d'une nouvelle organisation", a insisté M. Tedros. "Il doit renforcer, appliquer et financer les systèmes et les organisations qu'il a". (Belga)

Anticipant la probable demande des Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au terme de l'Assemblée mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus a décidé de ne pas attendre le vote d'un projet de résolution. Il a annoncé de prochaines investigations indépendantes pour évaluer les expériences et les enseignements de cette crise et faire des recommandations pour améliorer les réponses nationale et internationale. L'OMS a été attaquée à plusieurs reprises ces dernières semaines par plusieurs pays. Les Etats-Unis ont suspendu leur contribution financière pour deux mois. M. Tedros estime que chaque pays et chaque organisation devra regarder comment il ou elle a répondu "entièrement" et "de bonne foi". Il a appelé à ne pas attendre des évaluations pour que chaque Etat fasse tout ce qui est possible pour lutter contre le coronavirus. Ciblée notamment sur Ebola il y a quelques années, l'organisation avait déjà lancé une réforme pour s'adapter mieux aux situations d'urgence. "Le monde n'a pas besoin d'un nouveau plan, d'un nouveau système, d'un nouveau mécanisme, d'un nouveau comité ou d'une nouvelle organisation", a insisté M. Tedros. "Il doit renforcer, appliquer et financer les systèmes et les organisations qu'il a". (Belga)