M. Rohani sera à Tokyo "vendredi", écrit Irna en citant le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi, selon lequel cette visite intervient alors que l'Iran endure la pression maximale des Etats-Unis et fait face à toutes sortes de complots pour l'isoler. Avant cela, le porte-parole des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, avait indiqué que "les derniers détails du voyage (au Japon étaient) en train d'être réglés". Avant d'arriver à Tokyo, M. Rohani doit séjourner à Kuala Lumpur pour participer à un sommet de chefs d'Etats musulmans. Des journalistes ont été invités à couvrir le départ du président iranien mardi matin à l'aéroport Mehrabad de Téhéran. Selon M. Araghchi, la visite à Tokyo, sur une seule journée, sera "très intense". Elle portera essentiellement sur "l'expansion des relations économiques" irano-japonaises, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ali Rabii, lors d'une conférence de presse. "Le voyage de M. Rohani au Japon n'a rien à voir avec un sujet comme celui de la question de négociations avec les Etats-Unis", a-t-il ajouté. "Néanmoins, nos amis japonais ont l'habitude de transmettre des messages ou (de prendre) des initiatives que nous accueillons favorablement (...) et étudions sérieusement", a encore déclaré M. Rabii en insistant sur l'aspect "bilatéral" de la visite. A Tokyo, M. Rohani devrait rencontrer le Premier ministre Shinzo Abe, qui s'était rendu en juin à Téhéran pour tenter, en vain, de faire baisser la tension entre les Etats-Unis et la République islamique dans le Golfe, a indiqué M. Moussavi. Selon les Affaires étrangères iraniennes, les deux dirigeants devraient parler "des sujets et des événements récents les plus importants dans notre région, en Extrême-Orient, ainsi que des questions liées" à l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015. Cité par Irna, M. Araghchi a appelé à ne pas avoir de trop grandes attentes vis-à-vis de l'escale japonaise de M. Rohani, affirmant qu'il fallait "des centaines de rencontres pour parvenir près du but". (Belga)

M. Rohani sera à Tokyo "vendredi", écrit Irna en citant le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi, selon lequel cette visite intervient alors que l'Iran endure la pression maximale des Etats-Unis et fait face à toutes sortes de complots pour l'isoler. Avant cela, le porte-parole des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, avait indiqué que "les derniers détails du voyage (au Japon étaient) en train d'être réglés". Avant d'arriver à Tokyo, M. Rohani doit séjourner à Kuala Lumpur pour participer à un sommet de chefs d'Etats musulmans. Des journalistes ont été invités à couvrir le départ du président iranien mardi matin à l'aéroport Mehrabad de Téhéran. Selon M. Araghchi, la visite à Tokyo, sur une seule journée, sera "très intense". Elle portera essentiellement sur "l'expansion des relations économiques" irano-japonaises, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ali Rabii, lors d'une conférence de presse. "Le voyage de M. Rohani au Japon n'a rien à voir avec un sujet comme celui de la question de négociations avec les Etats-Unis", a-t-il ajouté. "Néanmoins, nos amis japonais ont l'habitude de transmettre des messages ou (de prendre) des initiatives que nous accueillons favorablement (...) et étudions sérieusement", a encore déclaré M. Rabii en insistant sur l'aspect "bilatéral" de la visite. A Tokyo, M. Rohani devrait rencontrer le Premier ministre Shinzo Abe, qui s'était rendu en juin à Téhéran pour tenter, en vain, de faire baisser la tension entre les Etats-Unis et la République islamique dans le Golfe, a indiqué M. Moussavi. Selon les Affaires étrangères iraniennes, les deux dirigeants devraient parler "des sujets et des événements récents les plus importants dans notre région, en Extrême-Orient, ainsi que des questions liées" à l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015. Cité par Irna, M. Araghchi a appelé à ne pas avoir de trop grandes attentes vis-à-vis de l'escale japonaise de M. Rohani, affirmant qu'il fallait "des centaines de rencontres pour parvenir près du but". (Belga)