Cet exercice de deux jours doit concerner "des centaines de drones opérationnels des forces armées de terre, de l'air et de la marine dans la province de Semnan et dans différentes régions" du pays, a précisé Irna. Ces drones de fabrication iranienne doivent mener des simulations de "combat, de surveillance, de reconnaissance et de guerre informatique" à courtes et à longues portées, a-t-elle poursuivi. L'armée iranienne compte également faire la démonstration de ses "accomplissements" en matière de conception de drones lors d'une présentation à laquelle des commandants militaires de haut rang doivent assister. Cette annonce intervient dans un contexte de tensions accrues entre l'Iran et les Etats-Unis et au lendemain de la commémoration par Téhéran du premier anniversaire de l'assassinat de son général Qassem Soleimani par une frappe aérienne américaine à Bagdad. C'est également quelques heures après l'annonce que le porte-avions USS Nimitz va rester en position dans le Golfe au lieu de rentrer aux Etats-Unis, en raison de "menaces" iraniennes visant le président sortant Donald Trump et d'autres hauts responsables américains. (Belga)

Cet exercice de deux jours doit concerner "des centaines de drones opérationnels des forces armées de terre, de l'air et de la marine dans la province de Semnan et dans différentes régions" du pays, a précisé Irna. Ces drones de fabrication iranienne doivent mener des simulations de "combat, de surveillance, de reconnaissance et de guerre informatique" à courtes et à longues portées, a-t-elle poursuivi. L'armée iranienne compte également faire la démonstration de ses "accomplissements" en matière de conception de drones lors d'une présentation à laquelle des commandants militaires de haut rang doivent assister. Cette annonce intervient dans un contexte de tensions accrues entre l'Iran et les Etats-Unis et au lendemain de la commémoration par Téhéran du premier anniversaire de l'assassinat de son général Qassem Soleimani par une frappe aérienne américaine à Bagdad. C'est également quelques heures après l'annonce que le porte-avions USS Nimitz va rester en position dans le Golfe au lieu de rentrer aux Etats-Unis, en raison de "menaces" iraniennes visant le président sortant Donald Trump et d'autres hauts responsables américains. (Belga)