M. Abadi avait ordonné jeudi l'exécution "immédiate" des centaines de djihadistes condamnés à mort, dont des femmes et des étrangers. Les exécutions de jeudi interviennent deux jours après la découverte des corps de huit Irakiens enlevés par le groupe Etat islamique (EI), qui avait diffusé une vidéo d'hommes au visage tuméfié en annonçant leur mort prochaine si des femmes djihadistes n'étaient pas libérées par Bagdad. En général, les personnes condamnées pour terrorisme en Irak sont exécutées par pendaison. Plus de 300 personnes, dont une centaine d'individus étrangers, ont été condamnées à mort en Irak, et autant d'autres à la prison à perpétuité, pour appartenance à l'EI, avait-on indiqué en avril de source judiciaire. Le Belge Tarik Jadaoun, qui avait rejoint l'EI en 2014 sous le nom de guerre d'Abou Hamza al-Belgiki, a été condamné à mort en Irak en mai dernier et y est détenu. (Belga)

M. Abadi avait ordonné jeudi l'exécution "immédiate" des centaines de djihadistes condamnés à mort, dont des femmes et des étrangers. Les exécutions de jeudi interviennent deux jours après la découverte des corps de huit Irakiens enlevés par le groupe Etat islamique (EI), qui avait diffusé une vidéo d'hommes au visage tuméfié en annonçant leur mort prochaine si des femmes djihadistes n'étaient pas libérées par Bagdad. En général, les personnes condamnées pour terrorisme en Irak sont exécutées par pendaison. Plus de 300 personnes, dont une centaine d'individus étrangers, ont été condamnées à mort en Irak, et autant d'autres à la prison à perpétuité, pour appartenance à l'EI, avait-on indiqué en avril de source judiciaire. Le Belge Tarik Jadaoun, qui avait rejoint l'EI en 2014 sous le nom de guerre d'Abou Hamza al-Belgiki, a été condamné à mort en Irak en mai dernier et y est détenu. (Belga)