Pendant ce gros quart d'heure, avant d'être capturé, l'homme a franchi la grille du périmètre extérieur, ainsi qu'une barrière pour les véhicules et bondi au-dessus d'une autre clôture près de l'aile Est de la Maison Blanche. Des agents non armés "l'ont placé en détention sur place sans incident", et à "aucun instant l'individu n'est entré à l'intérieur de la Maison Blanche", précise le Secret Service. Le suspect a été identifié comme étant Jonathan Tran, 26 ans, originaire de Californie, a indiqué CNN. D'après le Washington Post, le jeune homme portait un sac à dos contenant deux grenades de gaz lacrymogène. S'il est reconnu coupable, il risque dix ans de prison maximum, selon le journal. "Nous dépensons des milliards de dollars pour sécuriser" la Maison Blanche", a commenté vendredi soir sur CNN Jason Chaffetz, président républicain de la Commission parlementaire de surveillance de l'action gouvernementale, estimant que l'incident était une "honte totale". "Ce qui m'effraie probablement le plus, c'est la durée, la proximité du président, s'approcher aussi près de la Maison Blanche, et aussi longtemps sans être détecté", a poursuivi l'élu de l'Utah. (Belga)

Pendant ce gros quart d'heure, avant d'être capturé, l'homme a franchi la grille du périmètre extérieur, ainsi qu'une barrière pour les véhicules et bondi au-dessus d'une autre clôture près de l'aile Est de la Maison Blanche. Des agents non armés "l'ont placé en détention sur place sans incident", et à "aucun instant l'individu n'est entré à l'intérieur de la Maison Blanche", précise le Secret Service. Le suspect a été identifié comme étant Jonathan Tran, 26 ans, originaire de Californie, a indiqué CNN. D'après le Washington Post, le jeune homme portait un sac à dos contenant deux grenades de gaz lacrymogène. S'il est reconnu coupable, il risque dix ans de prison maximum, selon le journal. "Nous dépensons des milliards de dollars pour sécuriser" la Maison Blanche", a commenté vendredi soir sur CNN Jason Chaffetz, président républicain de la Commission parlementaire de surveillance de l'action gouvernementale, estimant que l'incident était une "honte totale". "Ce qui m'effraie probablement le plus, c'est la durée, la proximité du président, s'approcher aussi près de la Maison Blanche, et aussi longtemps sans être détecté", a poursuivi l'élu de l'Utah. (Belga)