L'enquête aura duré trois ans et trois mois. "Les juges d'instruction ont considéré l'instruction comme complète", explique Eric Van Duyse. "Cela a été communiqué aujourd'hui. Le procureur fédéral peut demander des accomplissements de devoirs d'enquête complémentaires, comme les parties civiles peuvent également en demander."

Les proches des victimes de ces attentats, les parties civiles et les parties lésées, soit plus de 800 personnes au total, ont reçu un courrier ou un mail pour les avertir de l'arrivée à échéance de cette instruction, afin qu'ils soient informés avant les médias.

"On a voulu prévenir les familles avant les médias", souligne Eric Van Duyse. Il précise qu'il est possible que des confirmations ou des précisions aient par la suite été données par SMS. La Libre remarquait qu'un SMS de la cellule de soutien aux victimes signalait notamment que le procureur fédéral pouvait demander des devoirs d'enquête supplémentaires s'il le jugeait nécessaire.

Le procureur fédéral devra par la suite dresser un réquisitoire pour porter l'affaire devant la Chambre du Conseil. Le réquisitoire précisera notamment les personnes qu'il souhaite traduire devant la cour d'assises. "Il y aura le réquisitoire, l'accès au dossier par les parties...", énumère le porte-parole du parquet fédéral.

"Il y a encore beaucoup de travail avant d'arriver au procès. La date reste impossible à préciser en raison de nombreux aspects du dossier, s'il y aura beaucoup de demandes ou peu de demandes, etc." Les attentats de Bruxelles ont fait 32 morts et 340 blessés à Zaventem et à la station de métro Maelbeek, ont été les premiers informés.

Belga

L'enquête aura duré trois ans et trois mois. "Les juges d'instruction ont considéré l'instruction comme complète", explique Eric Van Duyse. "Cela a été communiqué aujourd'hui. Le procureur fédéral peut demander des accomplissements de devoirs d'enquête complémentaires, comme les parties civiles peuvent également en demander." Les proches des victimes de ces attentats, les parties civiles et les parties lésées, soit plus de 800 personnes au total, ont reçu un courrier ou un mail pour les avertir de l'arrivée à échéance de cette instruction, afin qu'ils soient informés avant les médias."On a voulu prévenir les familles avant les médias", souligne Eric Van Duyse. Il précise qu'il est possible que des confirmations ou des précisions aient par la suite été données par SMS. La Libre remarquait qu'un SMS de la cellule de soutien aux victimes signalait notamment que le procureur fédéral pouvait demander des devoirs d'enquête supplémentaires s'il le jugeait nécessaire. Le procureur fédéral devra par la suite dresser un réquisitoire pour porter l'affaire devant la Chambre du Conseil. Le réquisitoire précisera notamment les personnes qu'il souhaite traduire devant la cour d'assises. "Il y aura le réquisitoire, l'accès au dossier par les parties...", énumère le porte-parole du parquet fédéral. "Il y a encore beaucoup de travail avant d'arriver au procès. La date reste impossible à préciser en raison de nombreux aspects du dossier, s'il y aura beaucoup de demandes ou peu de demandes, etc." Les attentats de Bruxelles ont fait 32 morts et 340 blessés à Zaventem et à la station de métro Maelbeek, ont été les premiers informés.Belga