Le phénomène est surtout observé dans l'enseignement primaire et secondaire, où les écoles qui comptent des élèves issus de milieux moins favorisés attirent de plus en plus d'élèves issus de ces milieux. Et les écoles qui présentaient un certaine mixité il y a dix ans sont elles aussi touchées par la ségrégation.

Le choix des filières révèle également une inégalité croissante: les élèves issus de milieux plus pauvres iront vers l'enseignement professionnel tandis que les élèves issus de milieux plus riches iront dans le général.

"Cela montre que la structure de notre enseignement ne favorise par la mixité sociale", disent les deux chercheurs.

Le phénomène est surtout observé dans l'enseignement primaire et secondaire, où les écoles qui comptent des élèves issus de milieux moins favorisés attirent de plus en plus d'élèves issus de ces milieux. Et les écoles qui présentaient un certaine mixité il y a dix ans sont elles aussi touchées par la ségrégation. Le choix des filières révèle également une inégalité croissante: les élèves issus de milieux plus pauvres iront vers l'enseignement professionnel tandis que les élèves issus de milieux plus riches iront dans le général. "Cela montre que la structure de notre enseignement ne favorise par la mixité sociale", disent les deux chercheurs.