Le médicament, le 2-désoxy-D-glucose (2-DG), a été mis au point par un laboratoire de l'Organisation indienne de recherche et de développement de la défense (DRDO) et par la société pharmaceutique Dr Reddy's Laboratories, basée à Hyderabad. Le premier lot du médicament a été présenté par les ministres indiens de la Défense, Rajnath Singh, et de la Santé, Harsh Vardhan, dans la capitale indienne. Il sera d'abord utilisé dans les hôpitaux de la ville. Certains experts ont toutefois mis en doute l'efficacité du nouveau médicament, estimant que les essais cliniques des phases deux et trois n'avaient pas fourni suffisamment de preuves. Une variante du 2-DG a déjà été utilisée à titre expérimental pour traiter certaines souches de cancer mais n'a pas encore été approuvée à cette fin, a rappelé le biologiste moléculaire Rakesh Mishra. Ce dernier, qui a participé au développement du nouveau médicament, a déclaré qu'il bloquait la capacité du virus à se multiplier dans certaines cellules et qu'un pourcentage significatif de patients participant aux essais pouvait être débarrassé de l'oxygène après avoir pris deux sachets. La mise sur le marché de ce médicament intervient après des semaines de pénurie d'oxygène, dont les patients ont de plus en plus besoin en cette deuxième vague mortelle de la pandémie. Des records de décès ont été signalés dans des villes du pays, dont Delhi, Bangalore et Panaji, la capitale de Goa, alors que les hôpitaux étaient à court d'oxygène et que les patients soignés à domicile devaient débourser le double ou le triple du prix pour des concentrateurs d'oxygène. (Belga)

Le médicament, le 2-désoxy-D-glucose (2-DG), a été mis au point par un laboratoire de l'Organisation indienne de recherche et de développement de la défense (DRDO) et par la société pharmaceutique Dr Reddy's Laboratories, basée à Hyderabad. Le premier lot du médicament a été présenté par les ministres indiens de la Défense, Rajnath Singh, et de la Santé, Harsh Vardhan, dans la capitale indienne. Il sera d'abord utilisé dans les hôpitaux de la ville. Certains experts ont toutefois mis en doute l'efficacité du nouveau médicament, estimant que les essais cliniques des phases deux et trois n'avaient pas fourni suffisamment de preuves. Une variante du 2-DG a déjà été utilisée à titre expérimental pour traiter certaines souches de cancer mais n'a pas encore été approuvée à cette fin, a rappelé le biologiste moléculaire Rakesh Mishra. Ce dernier, qui a participé au développement du nouveau médicament, a déclaré qu'il bloquait la capacité du virus à se multiplier dans certaines cellules et qu'un pourcentage significatif de patients participant aux essais pouvait être débarrassé de l'oxygène après avoir pris deux sachets. La mise sur le marché de ce médicament intervient après des semaines de pénurie d'oxygène, dont les patients ont de plus en plus besoin en cette deuxième vague mortelle de la pandémie. Des records de décès ont été signalés dans des villes du pays, dont Delhi, Bangalore et Panaji, la capitale de Goa, alors que les hôpitaux étaient à court d'oxygène et que les patients soignés à domicile devaient débourser le double ou le triple du prix pour des concentrateurs d'oxygène. (Belga)