Le départ de flammes vers 22h30 a touché le bâtiment B30, entre le terminal passager et la partie pétrolière de l'aéroport, a fait part M. Delcourt. Les pompiers de l'aéroport et de Liège sont toujours sur place. Il n'y a pas de blessé à déplorer et aucun avion n'a été endommagé, selon le porte-parole. Le bâtiment contenait principalement des bureaux et du matériel, si bien qu'aucun avion n'a été touché par l'incendie. Il a précisé que les compagnies aériennes, dont la société TNT, qui devaient opérer des appareils en cours de nuit sont libres de décider si elles font atterrir ou décoller des avions. La cause de l'incendie reste inconnue et il est trop tôt pour la déterminer, signale M. Delcourt. Le bourgmestre faisant fonction de la commune de Grâce Hollogne, Manuel Dony, a été prévenu par la police dans la soirée qu'un incendie était en cours et s'est rendu sur place. Belga a constaté la présence d'une quinzaine de policiers et d'une trentaine de pompiers avec des autopompes vers minuit. Certains accès au site restaient bloqués, ce qui a empêché la mobilité de nombreux travailleurs qui devaient opérer durant la nuit. (Belga)

Le départ de flammes vers 22h30 a touché le bâtiment B30, entre le terminal passager et la partie pétrolière de l'aéroport, a fait part M. Delcourt. Les pompiers de l'aéroport et de Liège sont toujours sur place. Il n'y a pas de blessé à déplorer et aucun avion n'a été endommagé, selon le porte-parole. Le bâtiment contenait principalement des bureaux et du matériel, si bien qu'aucun avion n'a été touché par l'incendie. Il a précisé que les compagnies aériennes, dont la société TNT, qui devaient opérer des appareils en cours de nuit sont libres de décider si elles font atterrir ou décoller des avions. La cause de l'incendie reste inconnue et il est trop tôt pour la déterminer, signale M. Delcourt. Le bourgmestre faisant fonction de la commune de Grâce Hollogne, Manuel Dony, a été prévenu par la police dans la soirée qu'un incendie était en cours et s'est rendu sur place. Belga a constaté la présence d'une quinzaine de policiers et d'une trentaine de pompiers avec des autopompes vers minuit. Certains accès au site restaient bloqués, ce qui a empêché la mobilité de nombreux travailleurs qui devaient opérer durant la nuit. (Belga)