Jean-Michel Dogné, directeur du département pharmacie de l'Université de Namur et membre de la task force vaccination explique que "c'est surtout deux semaines après la seconde dose que la protection est maximale. Cela veut dire que si on se vaccine mi-juillet, on aura la deuxième dose mi-août et deux semaines après la projection seront maximales contre le variant. D'où l'intérêt de la recommandation de la task force: plus tôt on ira se faire vacciner, plus on aura de chance d'avoir une couverture complète au mois de septembre". L'expert au sein de l'Agence européenne des médicaments note en outre une série d'inconnues à la rentrée de septembre. "On va brasser des personnes qui reviennent de vacances, on n'a pas la garantie d'avoir une couverture complète contre le variant Delta, les enfants vont revenir à l'école et l'aération sera moins bonne. De plus, la météo sera moins bonne et donc les gens se retrouveront plus en intérieur. À cette période, le risque de contamination sera alors élevé, d'où l'intérêt d'avoir une couverture vaccinale optimale et maximale pour le mois de septembre". (Belga)

Jean-Michel Dogné, directeur du département pharmacie de l'Université de Namur et membre de la task force vaccination explique que "c'est surtout deux semaines après la seconde dose que la protection est maximale. Cela veut dire que si on se vaccine mi-juillet, on aura la deuxième dose mi-août et deux semaines après la projection seront maximales contre le variant. D'où l'intérêt de la recommandation de la task force: plus tôt on ira se faire vacciner, plus on aura de chance d'avoir une couverture complète au mois de septembre". L'expert au sein de l'Agence européenne des médicaments note en outre une série d'inconnues à la rentrée de septembre. "On va brasser des personnes qui reviennent de vacances, on n'a pas la garantie d'avoir une couverture complète contre le variant Delta, les enfants vont revenir à l'école et l'aération sera moins bonne. De plus, la météo sera moins bonne et donc les gens se retrouveront plus en intérieur. À cette période, le risque de contamination sera alors élevé, d'où l'intérêt d'avoir une couverture vaccinale optimale et maximale pour le mois de septembre". (Belga)