Les 207.000 électeurs devront se prononcer au cours des 15 prochains jours si ils privilégient l'indépendance à une autonomie renforcée. Le référendum s'inscrit dans un processus de paix négocié il y a 20 ans entre l'armée révolutionnaire de Bougainville et les milices pro-Papouasie-Nouvelle-Guinée, pour mettre fin à une guerre civile longue de 10 ans, terminée en 1998. Ce conflit sanglant dans le Pacifique a ôté la vie à près de 20.000 personnes, soit 10% de la population à l'époque au tournant du siècle. Cette période de violences a laissé un vif sentiment de méfiance à Bougainville envers Port Moresby, qui avait tenté d'y envoyer des mercenaires étrangers. Le référendum s'étend sur deux semaines alors que nombreuses communautés sont isolées dans l'île et que d'autres vivent sur les îlots alentours. Les résultats sont attendus mi-décembre et une victoire des indépendantistes est prévisible. Toutefois le scrutin n'est pas contraignant et reste soumis à un vote du parlement de Papouasie Nouvelle-Guinée ultérieurement. Le président de la région de Bougainville John Momis a appelé samedi les électeurs à faire preuve de patience, soulignant que ce référendum n'était qu'une étape d'un long processus. Les résidents de Bougainville sont très différents culturellement des Papous et bénéficient déjà d'un certain degré d'autonomie, disposant de leur propre gouvernement pour les affaires locales. Géographiquement, l'île de Bougainville s'inscrit dans l'archipel Salomon, et s'avère être riche en cuivre, dont l'extraction génère de précieux revenus pour PNG. Au sortir de la Première Guerre mondiale, l' île - colonie allemande depuis 1885 - avait été administrée par l'Australie durant 60 ans avant de passer sous la tutelle papoue en 1975. Le territoire porte le nom de l'explorateur français Louis-Antoine de Bougainville qui s'y est aventuré en 1768. (Belga)

Les 207.000 électeurs devront se prononcer au cours des 15 prochains jours si ils privilégient l'indépendance à une autonomie renforcée. Le référendum s'inscrit dans un processus de paix négocié il y a 20 ans entre l'armée révolutionnaire de Bougainville et les milices pro-Papouasie-Nouvelle-Guinée, pour mettre fin à une guerre civile longue de 10 ans, terminée en 1998. Ce conflit sanglant dans le Pacifique a ôté la vie à près de 20.000 personnes, soit 10% de la population à l'époque au tournant du siècle. Cette période de violences a laissé un vif sentiment de méfiance à Bougainville envers Port Moresby, qui avait tenté d'y envoyer des mercenaires étrangers. Le référendum s'étend sur deux semaines alors que nombreuses communautés sont isolées dans l'île et que d'autres vivent sur les îlots alentours. Les résultats sont attendus mi-décembre et une victoire des indépendantistes est prévisible. Toutefois le scrutin n'est pas contraignant et reste soumis à un vote du parlement de Papouasie Nouvelle-Guinée ultérieurement. Le président de la région de Bougainville John Momis a appelé samedi les électeurs à faire preuve de patience, soulignant que ce référendum n'était qu'une étape d'un long processus. Les résidents de Bougainville sont très différents culturellement des Papous et bénéficient déjà d'un certain degré d'autonomie, disposant de leur propre gouvernement pour les affaires locales. Géographiquement, l'île de Bougainville s'inscrit dans l'archipel Salomon, et s'avère être riche en cuivre, dont l'extraction génère de précieux revenus pour PNG. Au sortir de la Première Guerre mondiale, l' île - colonie allemande depuis 1885 - avait été administrée par l'Australie durant 60 ans avant de passer sous la tutelle papoue en 1975. Le territoire porte le nom de l'explorateur français Louis-Antoine de Bougainville qui s'y est aventuré en 1768. (Belga)