Celle-ci relèverait directement de la compétence du ministre-président bruxellois, rapporte vendredi De Morgen. De la sorte, les zones de police actuelles ne devraient pas fusionner, alors que les bourgmestres bruxellois et partis francophones sont réticents à cette idée.

La vision à long terme, la gestion du personnel et les grands investissements relèveraient donc du ministre-président, mais les bourgmestres resteraient en charge des actions concrètes sur le terrain. La réaction des experts est d'ores et déjà positive, de même qu'au sein des partis flamands. Les partis francophones n'ont pas encore commenté. Cette proposition de M. Dewael découle des deux épisodes d'émeutes à Bruxelles les semaines passées.

Celle-ci relèverait directement de la compétence du ministre-président bruxellois, rapporte vendredi De Morgen. De la sorte, les zones de police actuelles ne devraient pas fusionner, alors que les bourgmestres bruxellois et partis francophones sont réticents à cette idée. La vision à long terme, la gestion du personnel et les grands investissements relèveraient donc du ministre-président, mais les bourgmestres resteraient en charge des actions concrètes sur le terrain. La réaction des experts est d'ores et déjà positive, de même qu'au sein des partis flamands. Les partis francophones n'ont pas encore commenté. Cette proposition de M. Dewael découle des deux épisodes d'émeutes à Bruxelles les semaines passées.