La ministre des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR, photo), lui a confirmé que son administration était en contact avec le promoteu...

La ministre des Pouvoirs locaux, Valérie De Bue (MR, photo), lui a confirmé que son administration était en contact avec le promoteur de cette technique dont le caractère écologique ne s'appuyerait toutefois sur aucune étude. La ministre attire l'attention sur le parcours alimentaire et médicamenteux des défunts, les risques de pollution des sous-sols par les liquides organiques et les risques de pollution gazeuse. Sans parler du manque d'espace dans les cimetières, de la pénurie de personnel formé et de la question éthique liée au devenir de ce " supercompost dans lequel se trouvent des escarbilles osseuses ". Une alternative à moitié enterrée, donc.