Les participants pourront écrire, dessiner, peindre, leur message "Stop" sur le support de leur choix avant d'envoyer le tout au Premier ministre, Alexander De Croo. L'action se fait de manière virtuelle et en distanciel, afin de respecter les mesures sanitaires, insistent les responsables des collectifs. "De cette manière, nous souhaitons communiquer notre désarroi. Au mois de mars, cela fera presque 9 mois que nous avons été obligés de fermer les portes de nos établissements. Nous n'arrivons pas à survivre avec les frais fixes et les indemnités", explique une représentante du collectif Wallonie Horeca, Valérie Migliore. "Nous payons la facture de cette stratégie gouvernementale." Les acteurs des collectifs exigent notamment la réouverture urgente des commerces Horeca au plus tard le 1er avril prochain. Mais aussi une égalité des aides entre les trois Régions, un plan de relance "efficace et non discriminatoire" et des aides supplémentaires à la relance (dispenses ONSS, maintien à 6% de la TVA en ce compris sur les boissons alcoolisées et la création d'un prêt loyer garanti par l'Etat sur une durée de maximum 10 ans à maximum 1%). "Avec le 'Stop Challenge', nous souhaitons également conscientiser la population et lui faire savoir que nous avons besoin de son soutien", conclut Mme Migliore. Quelque 1.200 restaurants et cafés ont rejoint les deux collectifs. Leur nombre croît chaque semaine, selon les responsables. De nouvelles actions seront menées dans les jours et semaines à venir. (Belga)

Les participants pourront écrire, dessiner, peindre, leur message "Stop" sur le support de leur choix avant d'envoyer le tout au Premier ministre, Alexander De Croo. L'action se fait de manière virtuelle et en distanciel, afin de respecter les mesures sanitaires, insistent les responsables des collectifs. "De cette manière, nous souhaitons communiquer notre désarroi. Au mois de mars, cela fera presque 9 mois que nous avons été obligés de fermer les portes de nos établissements. Nous n'arrivons pas à survivre avec les frais fixes et les indemnités", explique une représentante du collectif Wallonie Horeca, Valérie Migliore. "Nous payons la facture de cette stratégie gouvernementale." Les acteurs des collectifs exigent notamment la réouverture urgente des commerces Horeca au plus tard le 1er avril prochain. Mais aussi une égalité des aides entre les trois Régions, un plan de relance "efficace et non discriminatoire" et des aides supplémentaires à la relance (dispenses ONSS, maintien à 6% de la TVA en ce compris sur les boissons alcoolisées et la création d'un prêt loyer garanti par l'Etat sur une durée de maximum 10 ans à maximum 1%). "Avec le 'Stop Challenge', nous souhaitons également conscientiser la population et lui faire savoir que nous avons besoin de son soutien", conclut Mme Migliore. Quelque 1.200 restaurants et cafés ont rejoint les deux collectifs. Leur nombre croît chaque semaine, selon les responsables. De nouvelles actions seront menées dans les jours et semaines à venir. (Belga)