Subventionné à hauteur de 100.000 euros par l'administration de Wallonie Bruxelles International (WBI), le projet consiste en la construction d'un laboratoire de biologie, en un soutien à la formation de personnel ainsi qu'en un appui à la gestion administrative et financière d'un site hospitalier situé dans une localité enclavée de la province du Sankuru, au centre du pays. "Nous constituons le bras opérationnel de l'hôpital de Huy pour l'exécution de cette mission sur le terrain congolais", explique Michèle Quinet-Le Docte, la vice-présidente du Maillon humanitaire. Durant ce week-end, les opérateurs de la mission négocient avec des entreprises pharmaceutiques établies à Kinshasa pour compléter leur cargaison de matériel médical à emmener sur le terrain. L'équipe doit s'envoler lundi vers Tshumbe, avant cinq heures de route en vue d'atteindre sa destination de travail à Lubefu. L'expédition s'y déroulera jusqu'à la fin du mois, avec le renfort d'un médecin biologiste et d'un technologue de laboratoire, tous deux détachés sur place par le gouvernement congolais pour les besoins de la mission. (Belga)

Subventionné à hauteur de 100.000 euros par l'administration de Wallonie Bruxelles International (WBI), le projet consiste en la construction d'un laboratoire de biologie, en un soutien à la formation de personnel ainsi qu'en un appui à la gestion administrative et financière d'un site hospitalier situé dans une localité enclavée de la province du Sankuru, au centre du pays. "Nous constituons le bras opérationnel de l'hôpital de Huy pour l'exécution de cette mission sur le terrain congolais", explique Michèle Quinet-Le Docte, la vice-présidente du Maillon humanitaire. Durant ce week-end, les opérateurs de la mission négocient avec des entreprises pharmaceutiques établies à Kinshasa pour compléter leur cargaison de matériel médical à emmener sur le terrain. L'équipe doit s'envoler lundi vers Tshumbe, avant cinq heures de route en vue d'atteindre sa destination de travail à Lubefu. L'expédition s'y déroulera jusqu'à la fin du mois, avec le renfort d'un médecin biologiste et d'un technologue de laboratoire, tous deux détachés sur place par le gouvernement congolais pour les besoins de la mission. (Belga)