"L'accord gouvernemental est plein de bonnes intentions en matière de soins de santé. Le remboursement éventuel d'une visite chez le psychologue, la réforme promise du financement hospitalier et une politique antidrogue plus efficace sont autant de mesures positives." C'était ce que déclarait le fonds socialiste d'assurance maladie dans un communiqué de presse en octobre 2014, en début de mandat. "Je rêvais encore avec Maggie De Block (Open VLD) ", avoue Paul Callewaert, secrétaire général de l'Union Nationale des Mutualités socialistes. "En tant que médecin généraliste, la nouvelle ministre des Affaires sociales et de la Santé publique connaissait bien le secteur et ses plans pouvaient vraiment faire une différence. Mais je l'avais avertie dès le début qu'il fallait suffisamment de ressources".

Quatre ans plus tard, Callewaert n'applaudit plus. Dans son bureau, au deuxième étage du boulevard Anspach à Bruxelles, la déception est grande. "Les ambitions étaient bonnes, mais l'exécution est lamentable. Et les conséquences sont désastreuses. Non seulement la ministre n'a pas investi davantage dans les soins de santé ces dernières années, mais elle a même économisé 2,1 milliards d'euros ", dit-il. "Le fait que le produit de ces économies n'ait pas été reversé au secteur est une grave erreur politique."

Maggie De Block prétend qu'elle a injecté de l'argent supplémentaire dans le système de soins de santé. Il est vrai qu'elle a donné plus d'argent chaque année que l'année précédente, dit Callewaert, mais la norme de croissance a été revue à la baisse de 3 à 1,5 %. Le gouvernement voulait couvrir 100 kilomètres, mais il a fait le plein pendant 80 kilomètres. Le patient a dû payer le carburant pour les 20 derniers kilomètres".

Cependant, une étude récente révèle que la Belgique est le quatrième pays d'Europe en matière de soins de santé.

Qui a fait cette étude ? Health Consumer Powerhouse, une entreprise privée qui aborde les soins de santé du point de vue des consommateurs. Les chercheurs mesurent principalement l'accessibilité pratique : la rapidité avec laquelle vous pouvez consulter un médecin, par exemple, ou le temps d'attente pour faire un scan. À cet égard, nous obtenons de bons résultats. Mais entre-temps, l'accessibilité financière est en déclin. Aujourd'hui, les patients paient plus qu'au début de ce mandat. Pas moins d'un Belge sur cinq reporte les soins médicaux pour des raisons financières.

Comment se fait-il que les soins de santé soient devenus plus chers?

Tout d'abord, les suppléments d'honoraires sont encore plus élevés aujourd'hui qu'ils ne l'étaient il y a quelques années. Dans le secteur hospitalier, ils ont même augmenté deux fois et demie plus vite que les remboursements. On n'a pratiquement rien fait à ce sujet. Laurette Onkelinx (PS), prédécesseur de Maggie De Block, a aboli les suppléments d'honoraires dans les chambres doubles, et maintenant ils ont été abolis pour les admissions de jour. Pas plus. Entre-temps, de plus en plus de médecins sont déconventionnés, ce qui signifie qu'ils n'ont pas à respecter les tarifs officiels. Pas moins de 40 % des dentistes, 49 % des gynécologues et 60 % des ophtalmologistes peuvent exiger des suppléments d'honoraires élevés. Plus cela dure, plus les frais ne sont pas couverts par l'assurance maladie obligatoire.

C'est le patient qui décide ou non de consulter un médecin conventionné, non?

En théorie, oui. En pratique, il existe déjà des régions où l'on ne trouve plus de dentiste ou d'ophtalmologiste conventionné. Les médecins qui se tiennent aux tarifs officiels ont aussi souvent de longues listes d'attente. Certains sont conventionnés à l'hôpital où ils travaillent, mais pas dans leur pratique privée. Si vous téléphonez à l'hôpital pour un rendez-vous, on vous dira d'attendre quelques mois. À moins que vous ne vous rendiez au cabinet privé du médecin, où vous devez payer des suppléments d'honoraires. Ce n'est pas sérieux, tout de même? Si nous voulons convaincre tous ces médecins de respecter les tarifs officiels, nous devons nous assurer qu'ils sont suffisamment élevés. Là aussi, il est urgent d'obtenir plus d'argent.

Pour certains traitements, tous les médecins peuvent facturer autant qu'ils le souhaitent.

C'est vrai. Il s'agit généralement de traitements utilisant de nouvelles technologies médicales qui ne sont pas encore remboursés parce qu'il n'y a pas de budget pour ces traitements. Ainsi, il y a un test moléculaire pour déterminer le risque de métastases en cas cancer du sein, ou des modèles 3D réalisés en préparation d'une reconstruction de la mâchoire ou du visage. De nombreux médecins utilisent déjà de telles techniques et demandent beaucoup d'argent. Au moment où nous voudrons négocier le remboursement, il y aura déjà des prix plus ou moins fixes que nous ne pourrons plus ignorer. Pourquoi ne pas rembourser d'emblée ce genre de nouvelle technique, comme l'ancienne, et examiner ensuite les coûts supplémentaires ?

De plus en plus de spécialistes complètent leurs tâches médicales habituelles par des revenus supplémentaires lucratifs. Par exemple, il y a des dermatologues qui montent une petite affaire de botox et des ophtalmologistes qui font aussi des corrections oculaires esthétiques.

Ça ne devrait pas poser de problème, non?

Si, si ces médecins reçoivent moins de patients ordinaires. Les listes d'attente risquent alors de s'allonger encore davantage. De plus, ils n'auront alors plus aucune raison de se conventionner et pourront facturer des frais élevés pour tous les traitements. Dans de nombreux cas, la consultation pour un tel traitement esthétique est également partiellement à la charge de l'assurance maladie. En d'autres termes : nous payons tous.

Il y a un domaine où la vie des patients s'est améliorée: ils paient moins cher leurs médicaments.

En effet, les médicaments sont devenus moins chers, comme certains médicaments pour la tension artérielle et les médicaments qui réduisent le cholestérol, ce qui a également réduit le ticket modérateur. Mais ce n'est pas le cas des nouveaux médicaments : leurs prix ont augmenté de façon vertigineuse.

Il y a quelques années, la ministre De Block a conclu un pacte du futur avec le secteur pharmaceutique, ce qui devrait réduire la facture des médicaments, non ?

En soi, le pacte est bien conçu, mais dans la pratique, il n'est pas respecté : année après année, le budget convenu est dépassé. Comme il y a un montant fixe pour les soins de santé, l'argent doit être trouvé ailleurs dans le secteur.

Est-ce dû aussi aux ententes secrètes sur les prix des nouveaux médicaments que le ministre peut conclure avec les compagnies pharmaceutiques ?

En effet. Cette procédure, qui était en fait prévue comme une exception, est devenue un système de remboursement parallèle et non transparent au cours de cette législature. Il en résulte que le gouvernement dépense beaucoup trop d'argent pour certains médicaments novateurs. Les entreprises pharmaceutiques ont tout intérêt à éviter qu'un accord ne soit trouvé au sein du comité qui décide du remboursement des médicaments. Ils peuvent alors augmenter le prix pendant ces négociations secrètes avec le ministre.

Il nous faut une politique pour tous les nouveaux médicaments mis sur le marché. Si le gouvernement veut que les traitements pour les maladies rares et les patients oubliés soient mis sur le marché, il doit lui-même s'assurer que des investissements sont faits en recherche et développement. Le marché ne le fera pas.

Le gouvernement espère aussi faire des économies en remettant les malades de longue durée au travail.

En soi, l'intention est noble: les malades qui peuvent encore accomplir un certain nombre de tâches doivent avoir la possibilité de le faire. Mais la façon dont cela se produit aujourd'hui n'est pas toujours positive pour les patients. Ce qui me dérange le plus, c'est que ce gouvernement ne veut pas tellement aider ces gens. Non, il veut économiser de l'argent. Pour lui, chaque personne malade ou handicapée est un pourcentage désagréable dans les statistiques.

De nombreux malades de longue durée entrés dans un tel processus de réintégration n'ont finalement pas pu retourner au travail. L'objectif est que leur employeur cherche un emploi qui leur convienne au sein de l'entreprise. Si ce n'est pas le cas, l'employé peut être congédié sans préavis. Dans 68 % des cas, c'est ce qui se produit. Le gouvernement a créé une machine à licencier bon marché.

En ce qui concerne l'aide psychologique, une étape a été franchie : vous pourrez bientôt vous faire rembourser quatre ou huit séances par un psychologue.

Il est regrettable que ce remboursement ne s'applique qu'à des conditions spécifiques et que seules les personnes âgées de 18 à 64 ans entrent en ligne de compte - comme si les enfants et les personnes âgées n'avaient pas besoin d'un soutien psychologique. La plus grande lacune, cependant, est que les 22,8 millions d'euros alloués ne sont pas suffisants. Certaines des personnes qui répondent aux critères ne seront pas remboursées pour la thérapie. Si le budget est épuisé en septembre ou en octobre, ils devront payer de leur poche les prochaines sessions. Je crains que cela ne donne le ton pour le reste de la politique : vous avez droit à quelque chose, mais vous ne l'obtenez que s'il y a encore du budget.

Au début de son mandat, la ministre De Block a tenu à adapter le financement des hôpitaux. A-t-elle réussi ?

C'était son cheval de bataille, mais rien n'a changé. Le ministre n'a introduit qu'un montant forfaitaire pour certaines interventions de routine, telles qu'une opération de l'appendice ou la pose d'une prothèse de genou. En 2014, trois à quatre hôpitaux sur dix avaient des problèmes financiers ; aujourd'hui, quatre à cinq sur dix sont déjà dans de mauvais papiers. Pour garder la tête hors de l'eau, ils demandent aux patients des suppléments plus élevés.

Ne voyez-vous vraiment pas de points positifs?

Il n'y en a presque pas. Nous pourrions simplement recycler les priorités que nous avons mises de l'avant à l'approche des élections de 2014. Maggie De Block n'a en aucun cas abordé le coeur du problème. Elle n'a fait que déplacer des pierres sur lesquelles son successeur trébuchera inévitablement. Ces dernières années, la qualité, l'accessibilité et la disponibilité des soins de santé se sont détériorées.

Selon vous, quel profil doit avoir le prochain ministre des Affaires sociales et de la Santé publique?

Dans tous les cas, il doit s'agir d'une personne qui possède des compétences en gestion ou qui engage un bon gestionnaire, qui s'entoure mieux qu'aujourd'hui et qui a suffisamment d'influence pour obtenir les budgets nécessaires dès le départ. C'est ainsi que Frank Vandenbroucke (SP.A) l'a fait à l'époque : il ne voulait devenir ministre des Affaires sociales que s'il recevait suffisamment de ressources. C'est peut-être parce que Maggie De Block avait un portefeuille si lourd que les autres ne lui ont plus accordé cet argent.

Maggie De Block réagit aux critiques de Callewaert

1. "Ces dernières années, la concertation avec le secteur a été érodée"

Maggie De Block : Toutes les parties prenantes ont été consultées sur le financement des hôpitaux, y compris l'Union Nationale des Mutualités socialistes. Mais il y a aussi l'accord de coalition. Un certain nombre de principes ont donc été fixés, et notre plan a été le fruit de nombreuses réflexions. Vous ne pouvez pas inclure toutes les exigences d'une partie. Par ailleurs, un groupe de travail composé de médecins et de représentants des hôpitaux et des caisses d'assurance maladie a pu tenir la plume lors de l'élaboration de certains points de la réforme.

2. Le financement des hôpitaux n'a pas changé.

La réforme ne fait que commencer. Au Danemark, qui a connu les mêmes problèmes, le processus d'hospitalisation a duré 20 ans. Aujourd'hui, tous nos hôpitaux veulent offrir toutes les missions de soins : c'est là le vrai problème. Une première étape est l'introduction d'un remboursement forfaitaire pour les procédures qui sont plus ou moins les mêmes partout. Alors personne n'a plus intérêt à proposer un maximum de traitements.

3. "22,8 millions d'euros ne suffisent pas à rembourser les séances avec un psychologue".

Il s'agit d'un projet pilote de quatre ans et d'une percée historique. De même, parmi les socialistes, aucun argent n'a jamais été mis à disposition pour cela à la Santé publique. Le budget ne suffit effectivement pas à rembourser toutes les sessions pour tout le monde. C'est pourquoi nous commençons par les gens pour qui nous pouvons vraiment faire une différence.

4. "Suite au système d'ententes secrètes sur les prix avec les compagnies pharmaceutiques, le gouvernement dépense beaucoup trop d'argent pour certains médicaments novateurs."

Cette procédure a rendu accessibles aux patients belges des médicaments innovants contre le cancer, l'hépatite C et le VIH/SIDA. Nous payons souvent encore moins que ce que les entreprises demandent.

5. "De plus en plus de médecins ont été déconventionnés. Il en résulte des suppléments d'honoraires élevés."

Il n'y a pas plus de médecins déconventionnés, leur nombre reste presque le même. Et des mesures importantes ont été prises, telles que des plafonds pour les reconstructions mammaires avec des tissus propres. Le Medicomut, l'organisme dans lequel les caisses d'assurance maladie consultent et concluent des accords avec les médecins et auquel participe également Paul Callewaert, s'est engagé à trouver des solutions structurelles. J'ai laissé ce groupe de travail faire son boulot".