La présence de Vox gêne tout particulièrement la N-VA: le parti espagnol est un fervent défenseur de l'unité nationale contre l'indépendance de la Catalogne, que soutient ardemment la N-VA. Les protestations de Geert Bourgeois n'y ont rien fait: les députés Vox ont été accueillis par acclamation.

C'est après de longues hésitations que le parti de Bart De Wever a décidé mardi soir de rester dans le CRE. Ce groupe comprend aussi le parti d'extrême droite néerlandais "Forum pour la démocratie", partisan d'une sortie des Pays-Bas de l'Union européenne, et Fratelli d'Italia, autre formation d'extrême droite. Dans un communiqué, la N-VA assurait mardi soir que le choix de ce groupe politique au Parlement européen relevait davantage d'une décision "technique" que d'une convergence totale de vues.

Dominé par les Polonais de Droit et Justice (PiS), le groupe ECR comprendra 62 membres provenant de 15 États membres, alors qu'il en comptait encore 77 sous la précédente législature. Il rétrograde donc de la 3e à 6e place du Parlement européen.

Sa direction prendra la forme d'une coprésidence, partagée entre le Polonais Ryszard Legutko (PiS) et l'Italien Raffaele Fitto (Fratelli d'Italia). Six vice-présidents ont été désignés, dont le N-VA Assita Kanko (ex-MR) et Derk Jan Eppink. Ce Néerlandais qui représente le Forum voor Democratie a déjà siégé de 2009 à 2014 au Parlement européen pour le compte de la Lijst Dedecker, lorsqu'il a remplacé Jean-Marie Dedecker en tant que premier suppléant.