"Nous pensons que la nouvelle loi aura un effet dissuasif sur les manifestants violents et émeutiers masqués, et assistera la police dans sa mission de maintien de l'ordre", a déclaré Mme Lam lors d'une conférence de presse. Elle a tenu à préciser que l'utilisation de cette loi ne signifiait pas que son gouvernement avait déclaré l'état d'urgence sur le territoire semi-autonome. "Bien que la loi contienne le mot +urgence+, Hong Kong n'est pas sous le régime de l'état d'urgence", a-t-elle dit. Devançant cette annonce qui avait fuité dans la presse, des milliers de Hongkongais avaient manifesté auparavant sur l'île de Hong Kong, en promettant de ne pas respecter l'interdiction. La loi de 1922 autorise l'exécutif à prendre "n'importe quelle mesure", sans feu vert du corps législatif, dans l'éventualité d'une situation d'urgence ou d'un danger pour la population. Une telle interdiction, qui entre en vigueur à minuit dans la nuit de vendredi à samedi, pourrait peut-être dissuader les plus modérés de manifester, avance Simon Young, professeur de droit à l'Université de Hong Kong. "Mais elle pourrait aussi avoir l'effet inverse et pousser davantage de monde à manifester contre le sentiment d'un abus d'autorité", a-t-il dit. (Belga)