Au niveau fédéral

Emir Kir est député fédéral, élu sur liste PS. Mais son exclusion n'a pas vraiment de conséquences pour la formation fédérale. La formation dite "arc-en-ciel" (socialistes, écologistes, libéraux), si elle était "mathématiquement" envisageable, était déjà fragile et risquée (76 sièges sur 150). Elle aurait pu servir d'éventuelle solution de repli en cas de blocage persistant, mais il est peu probable que les partis concernés se soient lancés dans ce scénario.

Dans les rangs du PS, on reconnaissait tout de même samedi que son exclusion fermait mathématiquement cette piste. "Mais 76 élus, était-ce viable? Peu de gens y croyaient", a commenté un élu socialiste pour qui l'appui du CD&V (12 élus à la Chambre) reste indispensable pour additionner cette coalition. Pour le politique flamand Dave Sinardet, l'exclusion d'Emir Kir du PS a en effet peu d'impact sur les négociations fédérales : "Avec un seul siège de majorité, c'aurait été quoi qu'il en soit difficile. N'importe quel député aurait pu prendre la majorité en otage, notamment au sein du groupe de l'Open VLD où il y a peu de partisans de l'arc-en-ciel".

Les conséquences risquent de se faire davantage ressentir au niveau du PS bruxellois, qui doit à présent se priver d'une figure de proue et d'une "machine à voix" : il a fait le 2e meilleur score de la liste socialiste lors des dernières élections.

Au niveau régional

Mais l'impact au niveau régional est plutôt indirect. Ce week-end, le député Emin Özkara, lui aussi d'origine turque, a annoncé siéger désormais comme indépendant. La situation entre le député bruxellois et son parti s'était déjà envenimée auparavant. Il ne participait plus aux réunions du PS depuis longtemps. Le député a d'ailleurs laissé entendre que cela n'avait pas de lien avec l'exclusion de Kir, mais le timing étonne.

Belga
© Belga

Sa décision déforce la position du PS au Parlement bruxellois. Si d'autres élus belgo-turcs devaient suivre, la majorité du ministre-président Rudi Vervoort serait en mauvaise posture. Si le parti socialiste francophone devait encore perdre deux députés, ils auraient moins de sièges qu'Ecolo, leur partenaire dans la majorité régionale, qui pourraient alors être tentés de réclamer la ministre-présidence.

Au niveau communal

Vu la force du bourgmestre de Saint-Josse, les conséquences sont, à terme, inévitables. Il bénéficie d'une grande popularité dans sa commune où il dispose d'une majorité absolue. L'exclusion du PS d'Emir Kir aura davantage de conséquences politiques à Saint-Josse-ten-Noode. Les élus socialistes de la Liste du Bourgmestre ont rapidement réaffirmé leur soutien à leur bourgmestre: "Nous réaffirmons notre soutien plein et entier à l'égard de notre bourgmestre Emir Kir qui a toujours été un homme de gauche dans son engagement politique et ses actions. Une Assemblée Générale des militants se réunira dans les prochains jours afin de se prononcer souverainement sur leur soutien à l'égard du bourgmestre." Mais quelle sera l'attitude des conseillers communaux étiquetés PS pour l'élaboration des listes pour la prochaine législature communale?

Le sp.a bruxellois et Lydia Desloover, échevine à Saint-Josse-ten-Noode, sont quant à eux dans l'expectative par rapport à leur partenaire francophone. Ils attendent des éclaircissements de la part de la fédération bruxelloise du PS sur la situation dans la commune, avant de prendre position.

Emir Kir est député fédéral, élu sur liste PS. Mais son exclusion n'a pas vraiment de conséquences pour la formation fédérale. La formation dite "arc-en-ciel" (socialistes, écologistes, libéraux), si elle était "mathématiquement" envisageable, était déjà fragile et risquée (76 sièges sur 150). Elle aurait pu servir d'éventuelle solution de repli en cas de blocage persistant, mais il est peu probable que les partis concernés se soient lancés dans ce scénario. Dans les rangs du PS, on reconnaissait tout de même samedi que son exclusion fermait mathématiquement cette piste. "Mais 76 élus, était-ce viable? Peu de gens y croyaient", a commenté un élu socialiste pour qui l'appui du CD&V (12 élus à la Chambre) reste indispensable pour additionner cette coalition. Pour le politique flamand Dave Sinardet, l'exclusion d'Emir Kir du PS a en effet peu d'impact sur les négociations fédérales : "Avec un seul siège de majorité, c'aurait été quoi qu'il en soit difficile. N'importe quel député aurait pu prendre la majorité en otage, notamment au sein du groupe de l'Open VLD où il y a peu de partisans de l'arc-en-ciel". Les conséquences risquent de se faire davantage ressentir au niveau du PS bruxellois, qui doit à présent se priver d'une figure de proue et d'une "machine à voix" : il a fait le 2e meilleur score de la liste socialiste lors des dernières élections. Mais l'impact au niveau régional est plutôt indirect. Ce week-end, le député Emin Özkara, lui aussi d'origine turque, a annoncé siéger désormais comme indépendant. La situation entre le député bruxellois et son parti s'était déjà envenimée auparavant. Il ne participait plus aux réunions du PS depuis longtemps. Le député a d'ailleurs laissé entendre que cela n'avait pas de lien avec l'exclusion de Kir, mais le timing étonne. Sa décision déforce la position du PS au Parlement bruxellois. Si d'autres élus belgo-turcs devaient suivre, la majorité du ministre-président Rudi Vervoort serait en mauvaise posture. Si le parti socialiste francophone devait encore perdre deux députés, ils auraient moins de sièges qu'Ecolo, leur partenaire dans la majorité régionale, qui pourraient alors être tentés de réclamer la ministre-présidence. Vu la force du bourgmestre de Saint-Josse, les conséquences sont, à terme, inévitables. Il bénéficie d'une grande popularité dans sa commune où il dispose d'une majorité absolue. L'exclusion du PS d'Emir Kir aura davantage de conséquences politiques à Saint-Josse-ten-Noode. Les élus socialistes de la Liste du Bourgmestre ont rapidement réaffirmé leur soutien à leur bourgmestre: "Nous réaffirmons notre soutien plein et entier à l'égard de notre bourgmestre Emir Kir qui a toujours été un homme de gauche dans son engagement politique et ses actions. Une Assemblée Générale des militants se réunira dans les prochains jours afin de se prononcer souverainement sur leur soutien à l'égard du bourgmestre." Mais quelle sera l'attitude des conseillers communaux étiquetés PS pour l'élaboration des listes pour la prochaine législature communale?Le sp.a bruxellois et Lydia Desloover, échevine à Saint-Josse-ten-Noode, sont quant à eux dans l'expectative par rapport à leur partenaire francophone. Ils attendent des éclaircissements de la part de la fédération bruxelloise du PS sur la situation dans la commune, avant de prendre position.