Le défendeur, 51 ans, doit répondre de 14 accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité. L'ex-commandant rebelle a, selon l'accusation, supervisé, en 2013, deux prisons de la capitale, Bangui, qui détenaient illégalement des opposants politiques. Selon Karim Khan, l'accusé ne peut en aucun cas plaider l'ignorance des traitements inhumains réservés aux prisonniers. Certains détenus auraient notamment été enfermés dans un petit espace sous le bureau de Said. "Il était littéralement installé sur leurs têtes, bafouant leurs droits et leur dignité." Mahamat Said Abdel Kani a été extradé vers la CPI par les autorités de la Centrafrique en janvier. La Cour avait ouvert une enquête en 2014 sur demande du pays. Les juges vont examiner les preuves pour savoir si il est envisageable d'ouvrir un véritable procès. La défense a rejeté toutes les accusations. (Belga)

Le défendeur, 51 ans, doit répondre de 14 accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité. L'ex-commandant rebelle a, selon l'accusation, supervisé, en 2013, deux prisons de la capitale, Bangui, qui détenaient illégalement des opposants politiques. Selon Karim Khan, l'accusé ne peut en aucun cas plaider l'ignorance des traitements inhumains réservés aux prisonniers. Certains détenus auraient notamment été enfermés dans un petit espace sous le bureau de Said. "Il était littéralement installé sur leurs têtes, bafouant leurs droits et leur dignité." Mahamat Said Abdel Kani a été extradé vers la CPI par les autorités de la Centrafrique en janvier. La Cour avait ouvert une enquête en 2014 sur demande du pays. Les juges vont examiner les preuves pour savoir si il est envisageable d'ouvrir un véritable procès. La défense a rejeté toutes les accusations. (Belga)