"L'état de santé actuel du patient est considéré comme critique", a indiqué dans un communiqué le groupe de médecins constitué par le défenseur des droits géorgien, ajoutant que l'hôpital pénitentiaire où est soigné l'ancien président ne peut pas répondre à ses besoins médicaux. Les médecins ont demandé le transfert immédiat de M. Saakachvili dans une unité de soins intensifs d'un établissement hospitalier civil mieux équipé. La semaine dernière, M. Saakachvili, qui refuse de s'alimenter depuis 48 jours pour protester contre son incarcération le 1er octobre, peu après son retour d'exil d'Ukraine, a été transféré dans un hôpital pénitentiaire en raison de la détérioration de son état de santé. Mais en dépit des avertissements des médecins qui ont jugé que sa vie était en danger, le gouvernement géorgien a refusé jusqu'à présent son transfert de l'hôpital-prison où il se trouve dans un établissement civil. L'ancien dirigeant, âgé de 53 ans, avait déclaré avoir été maltraité par ses gardiens en prison et affirmé craindre pour sa vie. Des organisations de défense des droits de l'homme ont condamné le traitement réservé à M. Saakachvili, estimant qu'il s'agissait d'une vengeance à caractère politique. Plusieurs députés de l'opposition ont également observé une grève de la faim, demandant des soins médicaux appropriés pour M. Saakachvili, une exigence également formulée par les Etats-Unis et la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Saisie selon une procédure d'urgence, la CEDH a demandé le 10 novembre au gouvernement géorgien qu'il "assure la sécurité en prison" de l'ex-chef de l'Etat, qu'il lui administre "les soins médicaux appropriés" et qu'il la renseigne "sur son état de santé". L'arrestation de M. Saakachvili a exacerbé une crise politique consécutive aux élections législatives en 2020, que l'opposition a considéré comme frauduleuses. Président pro-occidental de 2004 à 2013 et maintenant considéré comme le chef de l'opposition, M. Saakachvili était retourné le 1er octobre en Géorgie après un exil de huit ans. Immédiatement arrêté, il a été emprisonné en application d'une condamnation pour "abus de pouvoir", qu'il juge purement politique. Le Premier ministre Irakli Garibachvili a fait scandale en déclarant que M. Saakachvili "avait le droit de se suicider" et que le gouvernement avait été obligé de l'arrêter parce qu'il avait refusé de renoncer à la politique. (Belga)

"L'état de santé actuel du patient est considéré comme critique", a indiqué dans un communiqué le groupe de médecins constitué par le défenseur des droits géorgien, ajoutant que l'hôpital pénitentiaire où est soigné l'ancien président ne peut pas répondre à ses besoins médicaux. Les médecins ont demandé le transfert immédiat de M. Saakachvili dans une unité de soins intensifs d'un établissement hospitalier civil mieux équipé. La semaine dernière, M. Saakachvili, qui refuse de s'alimenter depuis 48 jours pour protester contre son incarcération le 1er octobre, peu après son retour d'exil d'Ukraine, a été transféré dans un hôpital pénitentiaire en raison de la détérioration de son état de santé. Mais en dépit des avertissements des médecins qui ont jugé que sa vie était en danger, le gouvernement géorgien a refusé jusqu'à présent son transfert de l'hôpital-prison où il se trouve dans un établissement civil. L'ancien dirigeant, âgé de 53 ans, avait déclaré avoir été maltraité par ses gardiens en prison et affirmé craindre pour sa vie. Des organisations de défense des droits de l'homme ont condamné le traitement réservé à M. Saakachvili, estimant qu'il s'agissait d'une vengeance à caractère politique. Plusieurs députés de l'opposition ont également observé une grève de la faim, demandant des soins médicaux appropriés pour M. Saakachvili, une exigence également formulée par les Etats-Unis et la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Saisie selon une procédure d'urgence, la CEDH a demandé le 10 novembre au gouvernement géorgien qu'il "assure la sécurité en prison" de l'ex-chef de l'Etat, qu'il lui administre "les soins médicaux appropriés" et qu'il la renseigne "sur son état de santé". L'arrestation de M. Saakachvili a exacerbé une crise politique consécutive aux élections législatives en 2020, que l'opposition a considéré comme frauduleuses. Président pro-occidental de 2004 à 2013 et maintenant considéré comme le chef de l'opposition, M. Saakachvili était retourné le 1er octobre en Géorgie après un exil de huit ans. Immédiatement arrêté, il a été emprisonné en application d'une condamnation pour "abus de pouvoir", qu'il juge purement politique. Le Premier ministre Irakli Garibachvili a fait scandale en déclarant que M. Saakachvili "avait le droit de se suicider" et que le gouvernement avait été obligé de l'arrêter parce qu'il avait refusé de renoncer à la politique. (Belga)