Le langage employé par l'Eglise catholique lorsqu'il s'agit d'amour, de sexualité et de relations est blessant et doit changer, écrit Johan Bonny, 59 ans, dans cette lettre envoyée au Vatican à moins d'un mois du synode très attendu sur la famille, qui se tiendra à Rome du 5 au 19 octobre.

Pour l'évêque d'Anvers, l'Eglise doit "quitter son attitude défensive" envers l'accueil des homosexuels, des divorcés remariés et des jeunes vivant en couple sans être mariés, ou sur la question de la contraception.

Ces situations "demandent plus de respect et un jugement plus nuancé" que celui inscrit dans les textes actuels du magistère, selon Mgr Johan Bonny.