Selon le député écolo, cette étude "responsabilise aussi le gouvernement fédéral". "Désormais, la ministre Marghem (ministre fédérale de l'Energie et de l'Environnement, ndlr) ne peut plus se cacher. Elle a tout entre ses mains pour confirmer la sortie du nucléaire en 2025, dans le cadre du pacte énergétique, mais aussi pour dire quel chemin alternatif la Belgique va prendre". Pour les écologistes, cette alternative doit s'inscrire dans les objectifs de l'Accord de Paris et passe par les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, géothermie...), combinées à des centrales au gaz, "comme énergie de transition", mais aussi à une gestion de la demande "beaucoup plus forte". La transition passe également par des solutions de stockage. "La Belgique pourrait devenir pionnière en matière d'industrialisation de la production de batteries de stockage. Nous avons les entreprises, la recherche et développement et des sites disponibles, comme le site de Caterpillar", estime M. Nollet, tout en plaidant pour que le pacte d'investissements de 60 milliards d'euros à l'horizon 2030, porté par le Premier ministre Charles Michel, aille dans ce sens. "L'étude d'Elia est un fabuleux point d'appui. La transition énergétique est à portée de main. Malgré tous les retards accumulés, c'est encore faisable", conclut Jean-Marc Nollet. (Belga)

Selon le député écolo, cette étude "responsabilise aussi le gouvernement fédéral". "Désormais, la ministre Marghem (ministre fédérale de l'Energie et de l'Environnement, ndlr) ne peut plus se cacher. Elle a tout entre ses mains pour confirmer la sortie du nucléaire en 2025, dans le cadre du pacte énergétique, mais aussi pour dire quel chemin alternatif la Belgique va prendre". Pour les écologistes, cette alternative doit s'inscrire dans les objectifs de l'Accord de Paris et passe par les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydraulique, géothermie...), combinées à des centrales au gaz, "comme énergie de transition", mais aussi à une gestion de la demande "beaucoup plus forte". La transition passe également par des solutions de stockage. "La Belgique pourrait devenir pionnière en matière d'industrialisation de la production de batteries de stockage. Nous avons les entreprises, la recherche et développement et des sites disponibles, comme le site de Caterpillar", estime M. Nollet, tout en plaidant pour que le pacte d'investissements de 60 milliards d'euros à l'horizon 2030, porté par le Premier ministre Charles Michel, aille dans ce sens. "L'étude d'Elia est un fabuleux point d'appui. La transition énergétique est à portée de main. Malgré tous les retards accumulés, c'est encore faisable", conclut Jean-Marc Nollet. (Belga)