L'étrangleur de Linkoeroever doit son pseudonyme au quartier anversois dans lequel il a commis ses crimes. Il avait 19 ans quand, en décembre 1964, il a tenté de violer une femme. La victime, une femme âgée de 21 ans, a ensuite été tuée. Quelques semaines plus tard, il a récidivé en violant et tuant une femme âgée de 37 ans. Michel Bellen a été condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité. En 1982, après avoir purgé dix-sept ans, il a été mis en liberté conditionnelle. Quelques semaines plus tard, il s'en est pris à une infirmière âgée de 27 ans. Ce serait son troisième et dernier assassinat. Il a été interné en 1984. Après avoir été détenu à la prison de Turnhout pendant des années, il a été placé en 2019 par la Commission de protection de la société dans l'établissement psychiatrique de Bierbeek. Il y est mort dans la nuit de mardi à mercredi d'un arrêt cardiaque. (Belga)

L'étrangleur de Linkoeroever doit son pseudonyme au quartier anversois dans lequel il a commis ses crimes. Il avait 19 ans quand, en décembre 1964, il a tenté de violer une femme. La victime, une femme âgée de 21 ans, a ensuite été tuée. Quelques semaines plus tard, il a récidivé en violant et tuant une femme âgée de 37 ans. Michel Bellen a été condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité. En 1982, après avoir purgé dix-sept ans, il a été mis en liberté conditionnelle. Quelques semaines plus tard, il s'en est pris à une infirmière âgée de 27 ans. Ce serait son troisième et dernier assassinat. Il a été interné en 1984. Après avoir été détenu à la prison de Turnhout pendant des années, il a été placé en 2019 par la Commission de protection de la société dans l'établissement psychiatrique de Bierbeek. Il y est mort dans la nuit de mardi à mercredi d'un arrêt cardiaque. (Belga)