Si le jeune homme avait été placé dans un établissement adapté à son état de santé, conclut le tribunal, cela ne serait pas arrivé.

Steve Michaux avait atterri à Lantin faute d'autre solution d'hébergement. Après de violentes crises de panique, il avait été placé dans une cellule "disciplinaire", avec grillages et porte blindée, et ce sans concertation avec son psychiatre qui avait pourtant évoqué le risque de suicide.

Le tribunal a conclu que le ministère de la Justice n'avait pas, "par ses carences structurelles", respecté la convention des droits de l'Homme et la loi de défense sociale. L'Etat est condamné à verser un euro provisionnel à la famille.

Si le jeune homme avait été placé dans un établissement adapté à son état de santé, conclut le tribunal, cela ne serait pas arrivé.Steve Michaux avait atterri à Lantin faute d'autre solution d'hébergement. Après de violentes crises de panique, il avait été placé dans une cellule "disciplinaire", avec grillages et porte blindée, et ce sans concertation avec son psychiatre qui avait pourtant évoqué le risque de suicide.Le tribunal a conclu que le ministère de la Justice n'avait pas, "par ses carences structurelles", respecté la convention des droits de l'Homme et la loi de défense sociale. L'Etat est condamné à verser un euro provisionnel à la famille.