"Quel que soit le choix posé, il faut qu'il ait du sens. Soit rester pleinement actionnaire de BNP Paribas et tenter d'en influer positivement les choix stratégiques. Soit en sortir complètement et décider d'investir le fruit de la vente pour préparer demain", soutient le parti d'opposition. Et le député Georges Gilkinet d'évoquer, comme pistes d'investissements, "la finalisation du RER, la mise en place d'un vaste plan d'isolation des bâtiments publics et privés ou d'un plan d'investissement dans l'économie et dans les emplois du futur". Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, a indiqué mercredi après-midi que le gouvernement fédéral avait décidé de vendre 25% de sa participation dans BNP Paribas. La participation de l'État belge dans le groupe bancaire passera de 10,3% à 7,8%. Au cours actuel de l'action, l'opération pourrait livrer plus de deux milliards d'euros au trésor belge. Le résultat final de la transaction sera connu dans le courant de la nuit. (Belga)

"Quel que soit le choix posé, il faut qu'il ait du sens. Soit rester pleinement actionnaire de BNP Paribas et tenter d'en influer positivement les choix stratégiques. Soit en sortir complètement et décider d'investir le fruit de la vente pour préparer demain", soutient le parti d'opposition. Et le député Georges Gilkinet d'évoquer, comme pistes d'investissements, "la finalisation du RER, la mise en place d'un vaste plan d'isolation des bâtiments publics et privés ou d'un plan d'investissement dans l'économie et dans les emplois du futur". Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, a indiqué mercredi après-midi que le gouvernement fédéral avait décidé de vendre 25% de sa participation dans BNP Paribas. La participation de l'État belge dans le groupe bancaire passera de 10,3% à 7,8%. Au cours actuel de l'action, l'opération pourrait livrer plus de deux milliards d'euros au trésor belge. Le résultat final de la transaction sera connu dans le courant de la nuit. (Belga)