"De nouveau bloqués au port. La capitainerie de Barcelone (dépendant du ministère espagnol de l'Équipement, ndlr) refuse à l'Open Arms l'autorisation de partir vers la Méditerranée", a tweeté lundi matin l'ONG basée près de Barcelone. "Nous empêcher de sauver des vies est irresponsable et cruel. Des politiciens lâches mettent en marche le compteur de morts", a dénoncé le fondateur de l'ONG, Oscar Camps. Le navire avait débarqué le 28 décembre dans le sud de l'Espagne avec à son bord 311 migrants, secourus une semaine auparavant au large de la Libye. L'Italie et Malte lui avaient fermé leurs ports. Après avoir refait le plein de provisions à Barcelone, le navire devait repartir le 8 janvier, mais les autorités portuaires le lui ont interdit, affirmant que l'ONG violait les normes internationales en matière de sauvetage en mer, a expliqué une porte-parole de Proactiva Open Arms. (Belga)

"De nouveau bloqués au port. La capitainerie de Barcelone (dépendant du ministère espagnol de l'Équipement, ndlr) refuse à l'Open Arms l'autorisation de partir vers la Méditerranée", a tweeté lundi matin l'ONG basée près de Barcelone. "Nous empêcher de sauver des vies est irresponsable et cruel. Des politiciens lâches mettent en marche le compteur de morts", a dénoncé le fondateur de l'ONG, Oscar Camps. Le navire avait débarqué le 28 décembre dans le sud de l'Espagne avec à son bord 311 migrants, secourus une semaine auparavant au large de la Libye. L'Italie et Malte lui avaient fermé leurs ports. Après avoir refait le plein de provisions à Barcelone, le navire devait repartir le 8 janvier, mais les autorités portuaires le lui ont interdit, affirmant que l'ONG violait les normes internationales en matière de sauvetage en mer, a expliqué une porte-parole de Proactiva Open Arms. (Belga)