"Donald Trump poursuit dans sa stratégie agitée pour éviter que les votes de tout le monde soient comptés", a dénoncé la responsable de campagne de M. Biden, Jen O'Malley Dillon. Elle reste convaincue que son candidat sera "le prochain président des Etats-Unis", prévoyant une victoire dans plusieurs Etats-clés où le dépouillement se poursuivait au compte-gouttes. "Je pense que la journée sera très positive pour le vice-président", a-t-elle dit. Elle a dit espérer que le résultat de l'élection serait connu jeudi soir mais a souligné que cela pourrait prendre encore davantage de temps. "Restez calme", a-t-elle demandé. Pour la première fois depuis 2000, les Américains se sont réveillés le lendemain de l'élection, mercredi, sans connaître le nom de leur futur président. Jeudi, le vainqueur restait incertain bien que Joe Biden semblait bien parti pour l'emporter, ayant déjà engrangé 253 grands électeurs ou 264, selon les scénarios, sur les 270 nécessaires, d'après les médias américains. Alors que Donald Trump semblait au départ en avance pour emporter les États du Wisconsin et du Michigan, comme en 2016, la situation s'est inversée mercredi, avec le dépouillement des derniers bulletins, essentiellement issus du vote par correspondance. C'est finalement Joe Biden qui a pu ajouter 26 grands électeurs dans la balance démocrate. Ce qui a poussé le président sortant à réitérer ses accusations de fraude, déjà évoquées pendant la nuit de mardi et mercredi. Donald Trump avait aussi maintes fois répété pendant la campagne qu'il ne faisait pas confiance au vote par courrier. Six États n'ont pas encore révélé leurs résultats jeudi soir (HB). En Pennsylvanie (20 grands électeurs) et en Géorgie (16), l'avance de Donald Trump se réduisait. Le président a déjà annoncé des recours judiciaires dans ces deux États, ainsi qu'au Michigan. Les autorités électorales de la Géorgie ont assuré que les personnes occupées à compter les votes "n'étaient pas impliquées dans une fraude ou une suppression des suffrages", expliquant la lenteur du dépouillement par une volonté de précision. C'était également la première en 20 ans que cet État devait éplucher des bulletins papier. Restent encore le Nevada, où c'est Joe Biden qui perd du terrain et l'Arizona, chacun ayant 86% des votes officiellement dépouillés. En Caroline du Nord et en Alaska, Donald Trump était pour l'instant annoncé gagnant. (Belga)

"Donald Trump poursuit dans sa stratégie agitée pour éviter que les votes de tout le monde soient comptés", a dénoncé la responsable de campagne de M. Biden, Jen O'Malley Dillon. Elle reste convaincue que son candidat sera "le prochain président des Etats-Unis", prévoyant une victoire dans plusieurs Etats-clés où le dépouillement se poursuivait au compte-gouttes. "Je pense que la journée sera très positive pour le vice-président", a-t-elle dit. Elle a dit espérer que le résultat de l'élection serait connu jeudi soir mais a souligné que cela pourrait prendre encore davantage de temps. "Restez calme", a-t-elle demandé. Pour la première fois depuis 2000, les Américains se sont réveillés le lendemain de l'élection, mercredi, sans connaître le nom de leur futur président. Jeudi, le vainqueur restait incertain bien que Joe Biden semblait bien parti pour l'emporter, ayant déjà engrangé 253 grands électeurs ou 264, selon les scénarios, sur les 270 nécessaires, d'après les médias américains. Alors que Donald Trump semblait au départ en avance pour emporter les États du Wisconsin et du Michigan, comme en 2016, la situation s'est inversée mercredi, avec le dépouillement des derniers bulletins, essentiellement issus du vote par correspondance. C'est finalement Joe Biden qui a pu ajouter 26 grands électeurs dans la balance démocrate. Ce qui a poussé le président sortant à réitérer ses accusations de fraude, déjà évoquées pendant la nuit de mardi et mercredi. Donald Trump avait aussi maintes fois répété pendant la campagne qu'il ne faisait pas confiance au vote par courrier. Six États n'ont pas encore révélé leurs résultats jeudi soir (HB). En Pennsylvanie (20 grands électeurs) et en Géorgie (16), l'avance de Donald Trump se réduisait. Le président a déjà annoncé des recours judiciaires dans ces deux États, ainsi qu'au Michigan. Les autorités électorales de la Géorgie ont assuré que les personnes occupées à compter les votes "n'étaient pas impliquées dans une fraude ou une suppression des suffrages", expliquant la lenteur du dépouillement par une volonté de précision. C'était également la première en 20 ans que cet État devait éplucher des bulletins papier. Restent encore le Nevada, où c'est Joe Biden qui perd du terrain et l'Arizona, chacun ayant 86% des votes officiellement dépouillés. En Caroline du Nord et en Alaska, Donald Trump était pour l'instant annoncé gagnant. (Belga)