Cette enquête, à grande échelle, a pour ambition d'étudier l'impact de la crise et des mesures sanitaires autour du coronavirus. De nombreuses questions reviennent semaine après semaine afin de pouvoir dessiner une évolution. Elle met, en outre, à chaque fois l'accent sur un aspect particulier, basé sur l'actualité. Cette semaine, l'enquête propose un questionnaire séparé destiné aux moins de 12 ans. "De nombreuses décisions sont prises sans que les enfants soient consultés", explique le cherhceur Koen Pepermans. "Nous voudrions maintenant connaître leur avis sur certaines choses: ce qui leur a le plus manqué en ces temps de quarantaine? Avec qui ont-ils maintenu le contact? Qu'ont-ils aimé et moins apprécié durant ces dernières semaines?" Une analyse plus approfondie des deux dernières semaines a entre-temps démontré qu'une majorité de personnes ayant contracté le virus et participant à l'enquête soupçonnent fortement ou sont convaincues d'avoir été contaminées au travail. Vingt-quatre pour cent pensent l'avoir contracté dans leur foyer, 10% dans un commerce. Parmi celles qui pensent avoir été infectées au boulot, un grand nombre travaille dans le secteur des soins de santé. En ce qui concerne le port du masque, 90% des répondants sont désormais convaincus que c'est une bonne idée de l'avoir rendu obligatoire dans les transports en commun. Moins de 20% estiment qu'il devrait aussi être imposé en rue et 75% sont d'avis que le personnel des commerces doit en porter un. L'enquête est disponible en quatre langues jusqu'au mardi 22h00 à l'adresse www.corona-studie.be. (Belga)

Cette enquête, à grande échelle, a pour ambition d'étudier l'impact de la crise et des mesures sanitaires autour du coronavirus. De nombreuses questions reviennent semaine après semaine afin de pouvoir dessiner une évolution. Elle met, en outre, à chaque fois l'accent sur un aspect particulier, basé sur l'actualité. Cette semaine, l'enquête propose un questionnaire séparé destiné aux moins de 12 ans. "De nombreuses décisions sont prises sans que les enfants soient consultés", explique le cherhceur Koen Pepermans. "Nous voudrions maintenant connaître leur avis sur certaines choses: ce qui leur a le plus manqué en ces temps de quarantaine? Avec qui ont-ils maintenu le contact? Qu'ont-ils aimé et moins apprécié durant ces dernières semaines?" Une analyse plus approfondie des deux dernières semaines a entre-temps démontré qu'une majorité de personnes ayant contracté le virus et participant à l'enquête soupçonnent fortement ou sont convaincues d'avoir été contaminées au travail. Vingt-quatre pour cent pensent l'avoir contracté dans leur foyer, 10% dans un commerce. Parmi celles qui pensent avoir été infectées au boulot, un grand nombre travaille dans le secteur des soins de santé. En ce qui concerne le port du masque, 90% des répondants sont désormais convaincus que c'est une bonne idée de l'avoir rendu obligatoire dans les transports en commun. Moins de 20% estiment qu'il devrait aussi être imposé en rue et 75% sont d'avis que le personnel des commerces doit en porter un. L'enquête est disponible en quatre langues jusqu'au mardi 22h00 à l'adresse www.corona-studie.be. (Belga)