Les serveurs hébergeant Wikipédia, détenus par la Wikimedia Foundation basée aux Etats-Unis, ont subi une attaque "massive" par déni de service (DDoS) - qui consiste à inonder un serveur de requêtes inutiles pour le submerger -, a affirmé samedi la fondation dans un tweet matinal. Le site était toutefois accessible samedi à la mi-journée en France et en Belgique. Le compte Twitter de Wikipédia en français, animé par des contributeurs bénévoles, relayait encore vendredi soir que l'accès au site de l'encyclopédie en ligne était impossible en Europe. Dans un communiqué publié en lien de son tweet à 4h55 GMT samedi (06h55 HB), la Wikimedia Foundation affirmait encore que cette attaque était "en cours", sans préciser depuis si elle était terminée. Wikimedia a condamné l'attaque de ses serveurs, affirmant qu'elle menaçait "les droits fondamentaux de chacun d'accéder librement à l'information et à la partager". Des attaques semblables frappent fréquemment des sites internet, à l'instar de la messagerie cryptée Telegram en juin dernier, ou de plusieurs médias français tels que L'Equipe et Le Monde en 2017. (Belga)