L'EMA a reçu des données supplémentaires d'AstraZeneca, et s'attend à une demande d'autorisation conditionnelle de mise sur le marché de sa part la semaine prochaine. La procédure pourrait alors mener à une décision de l'EMA fin janvier, a indiqué la directrice exécutive lors d'une séance d'information publique. Le déroulement dépend cependant bien sûr de l'évaluation des scientifiques de l'EMA, qui doivent s'assurer de l'efficacité et de l'innocuité du produit. Le vaccin d'AstraZeneca et Oxford pourrait alors devenir le troisième à être autorisé sur le marché européen, après ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna. Le produit développé par Moderna a reçu son feu vert cette semaine, et les livraisons aux pays de l'UE pourront débuter la semaine prochaine, a indiqué vendredi un porte-parole de la Commission européenne. La Commission a conclu un accord d'achat anticipé avec AstraZeneca portant sur 400 millions de doses, soit 300 millions de doses de base avec une option de commande supplémentaire de 100 millions de doses. La Commission a conclu, en tout, des accords d'achat anticipé avec six groupes pharma, dont deux ont déjà obtenu le feu vert de l'EMA pour leur vaccin. Pour plus de rapidité, l'Agence européenne des médicaments fait son évaluation en "rolling review", soit au fur et à mesure que les laboratoires lui transmettent les données issues de leurs tests et essais. La Commission poursuit par ailleurs des négociations avec Novavax (USA) et d'autres firmes, en vue d'éventuels autres contrats d'achat anticipé. Les contrats déjà conclus couvrent jusqu'à 2,3 milliards de doses de vaccins (dont plusieurs ne sont pas encore autorisés). La plupart des produits nécessitent cependant d'administrer deux doses pour être pleinement efficaces, ce qui divise grosso modo par deux ce nombre en ce qui concerne les personnes qui pourront être vaccinées. Le vaccin développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford a pour avantage de pouvoir se conserver au frigo, contrairement à celui de BioNTech-Pfizer qui requiert une congélation à -70°, et à celui de Moderna qui nécessite -20°. (Belga)

L'EMA a reçu des données supplémentaires d'AstraZeneca, et s'attend à une demande d'autorisation conditionnelle de mise sur le marché de sa part la semaine prochaine. La procédure pourrait alors mener à une décision de l'EMA fin janvier, a indiqué la directrice exécutive lors d'une séance d'information publique. Le déroulement dépend cependant bien sûr de l'évaluation des scientifiques de l'EMA, qui doivent s'assurer de l'efficacité et de l'innocuité du produit. Le vaccin d'AstraZeneca et Oxford pourrait alors devenir le troisième à être autorisé sur le marché européen, après ceux de Pfizer-BioNTech et Moderna. Le produit développé par Moderna a reçu son feu vert cette semaine, et les livraisons aux pays de l'UE pourront débuter la semaine prochaine, a indiqué vendredi un porte-parole de la Commission européenne. La Commission a conclu un accord d'achat anticipé avec AstraZeneca portant sur 400 millions de doses, soit 300 millions de doses de base avec une option de commande supplémentaire de 100 millions de doses. La Commission a conclu, en tout, des accords d'achat anticipé avec six groupes pharma, dont deux ont déjà obtenu le feu vert de l'EMA pour leur vaccin. Pour plus de rapidité, l'Agence européenne des médicaments fait son évaluation en "rolling review", soit au fur et à mesure que les laboratoires lui transmettent les données issues de leurs tests et essais. La Commission poursuit par ailleurs des négociations avec Novavax (USA) et d'autres firmes, en vue d'éventuels autres contrats d'achat anticipé. Les contrats déjà conclus couvrent jusqu'à 2,3 milliards de doses de vaccins (dont plusieurs ne sont pas encore autorisés). La plupart des produits nécessitent cependant d'administrer deux doses pour être pleinement efficaces, ce qui divise grosso modo par deux ce nombre en ce qui concerne les personnes qui pourront être vaccinées. Le vaccin développé par AstraZeneca et l'université d'Oxford a pour avantage de pouvoir se conserver au frigo, contrairement à celui de BioNTech-Pfizer qui requiert une congélation à -70°, et à celui de Moderna qui nécessite -20°. (Belga)