"Ce brillant journaliste, ce grand reporter qui avait parcouru la terre, ce rédacteur en chef flamboyant qui avait fait de son long corps, un bouclier pour ses journalistes, était plus qu'un compagnon de route: c'était un modèle, un repère", situe Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef. L'homme avait commencé comme critique de cinéma au Soir en 1956 avant d'enchaîner comme grand reporter à l'hebdomadaire "Pourquoi Pas?". De retour au Soir dans les années '70, il allait assurer la correspondance depuis Paris pour le journal avant d'en occuper le poste de rédacteur en chef pendant une dizaine d'années, jusqu'en 1989. Il démissionne à l'entrée de Robert Hersant dans le capital de Rossel, éditeur du journal. La Société des journalistes du Soir a salué la mémoire d'un rédacteur en chef et d'un homme brillant qui a marqué l'histoire du journal. Yvon Toussaint "a eu à coeur de préserver l'indépendance de la rédaction et avait le souci permanent de la qualité de l'information délivrée". Père du romancier Jean-Philippe Toussaint, il a lui-même écrit plusieurs ouvrages dont "Les Barons Empain" (1996), "Le manuscrit de la Giudecca" (2001), "L'autre Corse" (2004) ou encore "L'assassinat d'Yvon Toussaint" (2010).

"Ce brillant journaliste, ce grand reporter qui avait parcouru la terre, ce rédacteur en chef flamboyant qui avait fait de son long corps, un bouclier pour ses journalistes, était plus qu'un compagnon de route: c'était un modèle, un repère", situe Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef. L'homme avait commencé comme critique de cinéma au Soir en 1956 avant d'enchaîner comme grand reporter à l'hebdomadaire "Pourquoi Pas?". De retour au Soir dans les années '70, il allait assurer la correspondance depuis Paris pour le journal avant d'en occuper le poste de rédacteur en chef pendant une dizaine d'années, jusqu'en 1989. Il démissionne à l'entrée de Robert Hersant dans le capital de Rossel, éditeur du journal. La Société des journalistes du Soir a salué la mémoire d'un rédacteur en chef et d'un homme brillant qui a marqué l'histoire du journal. Yvon Toussaint "a eu à coeur de préserver l'indépendance de la rédaction et avait le souci permanent de la qualité de l'information délivrée". Père du romancier Jean-Philippe Toussaint, il a lui-même écrit plusieurs ouvrages dont "Les Barons Empain" (1996), "Le manuscrit de la Giudecca" (2001), "L'autre Corse" (2004) ou encore "L'assassinat d'Yvon Toussaint" (2010).