En valeur, les marques de distribution représentent plus de 36% du marché belge, et en volume, elles dépassent déjà 50% de l'offre. D'après une enquête réalisée par l'institut Nielsen, 86% des Belges achètent autant ou plus de produits de marques de distribution qu'il y a un an.

Sans surprise, le Belge choisit les marques de distribution parce qu'elles sont moins chères. Si en 2009, un produit de marque coûtait 78% en moyenne de plus qu'une marque de distribution, en 2016, ce chiffre est monté à 90%. Selon l'enquête réalisée par l'institut Nielsen, 83% des consommateurs belges estiment que les prix des produits alimentaires sont en hausse en Belgique.

Tom Penninckx, Client Business Partner auprès de l'institut Nielsen, confirme cette impression à Retail Detail : "Les prix augmentent effectivement plus vite en Belgique que chez nos voisins, en particulier la France, où la pression sur les prix est actuellement énorme. Ces hausses de prix sont presque entièrement le fait des grandes marques. Les marques maison n'augmentent pas autant leurs prix. Résultat : le différentiel de prix entre les marques et les MDD continue de se creuser". Il estime que les grandes marques prennent un risque en maintenant leur politique de prix actuelle.

Le hard discount est mort

Interrogé par Het Laatste Nieuws, le spécialiste en retail Jorg Snoeck explique pourquoi les produits de marques de distribution coûtent tellement moins cher que les grandes marques. "Les marques de distribution copient. Elles n'ont pas les coûts que doivent assumer les grandes marques. Celles-ci doivent innover en permanence, inventer de nouveaux produits, les mettre sur le marché et les promouvoir. Cela coûte énormément d'argent. Aujourd'hui, tous les détaillants optent pour les marques de distribution. Dans le passé, seuls Aldi et Lidl en proposaient. Le hard discount est mort. Aldi vend aussi des marques et Colruyt et Delhaize remplissent leurs rayons de marques de distribution", déclare-t-il.

Il se demande si à l'avenir Aldi compte proposer autant de marques que Lidl. Dans l'affirmative, cela pourrait intensifier la pression sur les marques propres. "Pour l'instant, les marques propres gagnent du terrain sur le marché ouvert dans toutes les catégories à l'exception des boissons alcoolisées. Mais peut-être n'est-ce qu'une question de temps ?", se demande-t-il. (CB)

En valeur, les marques de distribution représentent plus de 36% du marché belge, et en volume, elles dépassent déjà 50% de l'offre. D'après une enquête réalisée par l'institut Nielsen, 86% des Belges achètent autant ou plus de produits de marques de distribution qu'il y a un an. Sans surprise, le Belge choisit les marques de distribution parce qu'elles sont moins chères. Si en 2009, un produit de marque coûtait 78% en moyenne de plus qu'une marque de distribution, en 2016, ce chiffre est monté à 90%. Selon l'enquête réalisée par l'institut Nielsen, 83% des consommateurs belges estiment que les prix des produits alimentaires sont en hausse en Belgique. Tom Penninckx, Client Business Partner auprès de l'institut Nielsen, confirme cette impression à Retail Detail : "Les prix augmentent effectivement plus vite en Belgique que chez nos voisins, en particulier la France, où la pression sur les prix est actuellement énorme. Ces hausses de prix sont presque entièrement le fait des grandes marques. Les marques maison n'augmentent pas autant leurs prix. Résultat : le différentiel de prix entre les marques et les MDD continue de se creuser". Il estime que les grandes marques prennent un risque en maintenant leur politique de prix actuelle. Le hard discount est mort Interrogé par Het Laatste Nieuws, le spécialiste en retail Jorg Snoeck explique pourquoi les produits de marques de distribution coûtent tellement moins cher que les grandes marques. "Les marques de distribution copient. Elles n'ont pas les coûts que doivent assumer les grandes marques. Celles-ci doivent innover en permanence, inventer de nouveaux produits, les mettre sur le marché et les promouvoir. Cela coûte énormément d'argent. Aujourd'hui, tous les détaillants optent pour les marques de distribution. Dans le passé, seuls Aldi et Lidl en proposaient. Le hard discount est mort. Aldi vend aussi des marques et Colruyt et Delhaize remplissent leurs rayons de marques de distribution", déclare-t-il. Il se demande si à l'avenir Aldi compte proposer autant de marques que Lidl. Dans l'affirmative, cela pourrait intensifier la pression sur les marques propres. "Pour l'instant, les marques propres gagnent du terrain sur le marché ouvert dans toutes les catégories à l'exception des boissons alcoolisées. Mais peut-être n'est-ce qu'une question de temps ?", se demande-t-il. (CB)