Jolan F. n'était directeur sportif du KSV Roulers que depuis juillet, sur nomination du CEO Diederick Degryse. Deux joueurs ont déposé plainte contre ces deux derniers et M. Degryse a, à son tour, porté plainte contre Jolan F. Le rôle exact du CEO dans cette affaire est encore flou. "Il a fait appel à F. en tant que directeur sportif", raconte l'attaché de presse. "Quant à savoir s'il est aussi victime de ces malversations, ce n'est pas encore clair". Le KSV Roulers a déjà mis Jolan F. en demeure pour des fausses promesses et des contrats falsifiés. Soupçonné d'agression sexuelle sur des footballeurs mineurs et d'incitation à la débauche, ce dernier a été arrêté la semaine dernière à Anvers. L'équipe assure ne pas avoir été au courant concernant l'affaire d'agression sexuelle. "Au début, nous ne savions pas pourquoi il était en prison. Nous étions seulement au courant pour les pratiques en matière de falsification des contrats. Beaucoup de choses ont été mises en lumière ces derniers jours", reconnait l'attaché de presse. Selon lui, la survie de l'équipe est très incertaine. "Nous sommes dans une position difficile avec l'équipe. Nous essayons de déterminer quelles sont les options encore disponibles. Se retirer est la dernière option, mais ce sera probablement la seule", dit-il. "Les créanciers n'attendront pas et la compétition commence." (Belga)

Jolan F. n'était directeur sportif du KSV Roulers que depuis juillet, sur nomination du CEO Diederick Degryse. Deux joueurs ont déposé plainte contre ces deux derniers et M. Degryse a, à son tour, porté plainte contre Jolan F. Le rôle exact du CEO dans cette affaire est encore flou. "Il a fait appel à F. en tant que directeur sportif", raconte l'attaché de presse. "Quant à savoir s'il est aussi victime de ces malversations, ce n'est pas encore clair". Le KSV Roulers a déjà mis Jolan F. en demeure pour des fausses promesses et des contrats falsifiés. Soupçonné d'agression sexuelle sur des footballeurs mineurs et d'incitation à la débauche, ce dernier a été arrêté la semaine dernière à Anvers. L'équipe assure ne pas avoir été au courant concernant l'affaire d'agression sexuelle. "Au début, nous ne savions pas pourquoi il était en prison. Nous étions seulement au courant pour les pratiques en matière de falsification des contrats. Beaucoup de choses ont été mises en lumière ces derniers jours", reconnait l'attaché de presse. Selon lui, la survie de l'équipe est très incertaine. "Nous sommes dans une position difficile avec l'équipe. Nous essayons de déterminer quelles sont les options encore disponibles. Se retirer est la dernière option, mais ce sera probablement la seule", dit-il. "Les créanciers n'attendront pas et la compétition commence." (Belga)