Ahmad Al Aliwi Alissa, 22 ans, est accusé d'avoir ouvert le feu en mars 2021 sur le parking du supermarché King Soopers à Boulder, dans le Colorado (ouest) puis à l'intérieur du magasin, tuant dix personnes dont un policier arrivé en renfort, avant d'être interpellé avec une blessure à la jambe. Il doit répondre au total de plus d'une centaine de chefs d'accusation pour cette fusillade, pour laquelle ni lui ni les enquêteurs n'ont été en mesure de fournir un motif. Le jeune homme, issu d'une famille d'immigrants syriens et revendiquant sa religion musulmane, avait fait l'acquisition d'une arme semi-automatique moins d'une semaine avant la fusillade. Une juge du comté de Boulder a décidé vendredi qu'il devra suivre un traitement pour des troubles mentaux avant que son procès ne puisse éventuellement se tenir, a rapporté le Denver Post. Selon le journal, aucun détail n'a été donné durant l'audience sur la nature des troubles psychologiques dont souffre l'accusé mais son avocat a évoqué "une maladie mentale grave". Certains proches d'Ahmad Alissa avaient assuré peu après son arrestation qu'il était "paranoïaque" et "antisocial". Les fusillades de ce type, notamment dans les écoles, les centres commerciaux ou les lieux de culte, sont un mal récurrent des Etats-Unis que les gouvernements successifs ont été impuissants à endiguer, notamment en raison des dispositions de la Constitution protégeant le droit des citoyens américains de porter une arme. (Belga)

Ahmad Al Aliwi Alissa, 22 ans, est accusé d'avoir ouvert le feu en mars 2021 sur le parking du supermarché King Soopers à Boulder, dans le Colorado (ouest) puis à l'intérieur du magasin, tuant dix personnes dont un policier arrivé en renfort, avant d'être interpellé avec une blessure à la jambe. Il doit répondre au total de plus d'une centaine de chefs d'accusation pour cette fusillade, pour laquelle ni lui ni les enquêteurs n'ont été en mesure de fournir un motif. Le jeune homme, issu d'une famille d'immigrants syriens et revendiquant sa religion musulmane, avait fait l'acquisition d'une arme semi-automatique moins d'une semaine avant la fusillade. Une juge du comté de Boulder a décidé vendredi qu'il devra suivre un traitement pour des troubles mentaux avant que son procès ne puisse éventuellement se tenir, a rapporté le Denver Post. Selon le journal, aucun détail n'a été donné durant l'audience sur la nature des troubles psychologiques dont souffre l'accusé mais son avocat a évoqué "une maladie mentale grave". Certains proches d'Ahmad Alissa avaient assuré peu après son arrestation qu'il était "paranoïaque" et "antisocial". Les fusillades de ce type, notamment dans les écoles, les centres commerciaux ou les lieux de culte, sont un mal récurrent des Etats-Unis que les gouvernements successifs ont été impuissants à endiguer, notamment en raison des dispositions de la Constitution protégeant le droit des citoyens américains de porter une arme. (Belga)