Pour la seconde fois en trois jours, les autorités sanitaires du pays ont estimé que la qualité de l'air dans la plus grande ville du pays Sydney (près de 5 millions de personnes) était "médiocre" voir "dangereuse" dans certains quartiers en raison des particules. Les fumées des incendies au nord de la métropole sont toujours balayées vers la ville. Une cinquantaine de foyers restent actifs sur la côte et le nord de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, le plus peuplé de l'île-continent. Une vingtaine de ceux-ci ne sont pas maîtrisés. Environ 1.750 pompiers sont sur le terrain pour lutter contre les flammes. Dans les Etats voisin, le nombre de foyers a été réduit par les hommes du feu dans le Queensland (nord-est), mais d'autres départs de flammes ont été constatés au Victoria (sud), dont la capitale est Melbourne. Un "code rouge", niveau d'alerte le plus élevé, a été décrété dans certaines régions de cet Etat, où les résidents ont été avisés de quitter leurs domiciles. L'Etat connait des records de températures, le mercure grimpant à 43 degrés mercredi à Melbourne, et des rafales de vent conséquentes. Un nuage de poussière orangé a d'ailleurs aussi été constaté à l'intérieur des terres, non loin de la ville de Mildura. En Australie méridionale, des évacuations ont aussi eu lieu, alors que de nombreuses habitations ont été réduites en cendres jeudi, avec 40 feux de brousse en activité. Des alertes ont été émises aux abords de la capitale de l'Etat Adélaïde, dont dans la réputée vallée viticole de la Barrosa. Une trentaine de personnes ont été traitées pour des brûlures dans cet Etat, et les fumées ont aussi envahi la ville d'Adélaïde, dans des scènes similaires à Sydney. Dans les régions les plus exposées, une douzaine d'écoles sont restées fermées, et 6.000 personnes ont été privées d'électricité. Enfin, dans l'Etat insulaire de la Tasmanie, le plus au sud du pays, les conditions sont aussi considérées comme dangereuses en ce début de saison des feux de forêt. Depuis le mois passé, six personnes ont péri et 600 maisons ont été détruites par les "bush fires" en Australie, coutumière de ces incendies à cette période de l'année mais dont l'intensité et la fréquence sont particulièrement élevées cette année. La police a sanctionné 54 personnes depuis le mois d'août pour avoir enfreint les règles strictes d'interdiction d'allumer des feux, avec des pénalités à la clé qui peuvent grimper jusqu'à 21 ans de prison. (Belga)