Vendredi soir, l'individu, armé d'un couteau, a attaqué les trois militaires de dos, a précisé le ministre. Il a ensuite été abattu et est décédé sur place des suites de ses blessures. Selon Jan Jambon, les militaires ont agi en état de légitime défense. "Les militaires ont fait ce qu'ils avaient à faire. C'est la tâche des soldats et de la police de protéger les citoyens et les institutions. Ils ont parfaitement agi." Le parquet de Bruxelles, qui enquête sur l'"incident de tir" des militaires, parle également de légitime défense. Le parquet avait déjà estimé vendredi soir que le militaire "a tiré conformément aux règles d'engagement et dans un contexte de légitime défense". L'enquête pour l'agression au couteau est toutefois passée aux mains du parquet fédéral. "L'hypothèse est qu'il s'agit d'une attaque terroriste", a souligné M. Jambon, notamment car l'assaillant a crié "Allahu Akbar". Le ministre n'a pas pu préciser combien de temps les militaires allaient encore patrouiller en rue, mais a souligné être reconnaissant du travail effectué par ceux-ci tant que le niveau de la menace reste à 3 sur le territoire. (Belga)

Vendredi soir, l'individu, armé d'un couteau, a attaqué les trois militaires de dos, a précisé le ministre. Il a ensuite été abattu et est décédé sur place des suites de ses blessures. Selon Jan Jambon, les militaires ont agi en état de légitime défense. "Les militaires ont fait ce qu'ils avaient à faire. C'est la tâche des soldats et de la police de protéger les citoyens et les institutions. Ils ont parfaitement agi." Le parquet de Bruxelles, qui enquête sur l'"incident de tir" des militaires, parle également de légitime défense. Le parquet avait déjà estimé vendredi soir que le militaire "a tiré conformément aux règles d'engagement et dans un contexte de légitime défense". L'enquête pour l'agression au couteau est toutefois passée aux mains du parquet fédéral. "L'hypothèse est qu'il s'agit d'une attaque terroriste", a souligné M. Jambon, notamment car l'assaillant a crié "Allahu Akbar". Le ministre n'a pas pu préciser combien de temps les militaires allaient encore patrouiller en rue, mais a souligné être reconnaissant du travail effectué par ceux-ci tant que le niveau de la menace reste à 3 sur le territoire. (Belga)