Cette collecte chez les particuliers et les entreprises constitue une première à Bruxelles, qui comptait déjà des lieux de dépôts de livres à revendre en seconde main. Après une phase de rodage, au cours de laquelle plusieurs milliers de livres ont été récoltés, triés et scannés, Citeco est fin prête et lance ce nouveau projet, qui a reçu le soutien de la Région. Concrètement, les Bruxellois sont invités à faire don de leurs livres d'occasion (minimum 50) en prenant rendez-vous via le site www.citeco.be. L'équipe de collecte de l'entreprise se déplace ensuite gratuitement pour les emballer et les récupérer. Les livres peuvent également être déposés directement à l'atelier de tri, rue Albert Latour à Schaerbeek. Les écrits sont ensuite triés. Ceux qui ne sont pas vendables car trop abîmés ou sans potentiel de revente sont orientés vers des filières de recyclage. Les autres sont remis en état par les artisans "extra"-ordinaires de Citeco et proposés à la vente dans des boutiques bruxelloises ou en ligne, via l'entreprise solidaire française Recyclivre. L'initiative permet la reconversion immédiate de six travailleurs en situation de handicap (malvoyance, cécité, handicaps physiques ou mentaux légers) et, à plus long terme, la création de 10 emplois pour ce public cible, souligne l'entreprise de travail adapté bientôt centenaire. Autre avantage, environnemental cette fois: réinjecter un millier de livres dans le circuit de seconde main représente une économie de 981 kg de CO2, selon les calculs de Recyclivre. "Nos métiers traditionnels souffrent de la crise sanitaire", explique Antoine Baudot, directeur de Citeco. Avec cette nouvelle activité, "l'entièreté du flux est accessible à nos travailleurs, de la prise de rendez-vous, collecte, tri, scanning jusqu'au conditionnement". (Belga)

Cette collecte chez les particuliers et les entreprises constitue une première à Bruxelles, qui comptait déjà des lieux de dépôts de livres à revendre en seconde main. Après une phase de rodage, au cours de laquelle plusieurs milliers de livres ont été récoltés, triés et scannés, Citeco est fin prête et lance ce nouveau projet, qui a reçu le soutien de la Région. Concrètement, les Bruxellois sont invités à faire don de leurs livres d'occasion (minimum 50) en prenant rendez-vous via le site www.citeco.be. L'équipe de collecte de l'entreprise se déplace ensuite gratuitement pour les emballer et les récupérer. Les livres peuvent également être déposés directement à l'atelier de tri, rue Albert Latour à Schaerbeek. Les écrits sont ensuite triés. Ceux qui ne sont pas vendables car trop abîmés ou sans potentiel de revente sont orientés vers des filières de recyclage. Les autres sont remis en état par les artisans "extra"-ordinaires de Citeco et proposés à la vente dans des boutiques bruxelloises ou en ligne, via l'entreprise solidaire française Recyclivre. L'initiative permet la reconversion immédiate de six travailleurs en situation de handicap (malvoyance, cécité, handicaps physiques ou mentaux légers) et, à plus long terme, la création de 10 emplois pour ce public cible, souligne l'entreprise de travail adapté bientôt centenaire. Autre avantage, environnemental cette fois: réinjecter un millier de livres dans le circuit de seconde main représente une économie de 981 kg de CO2, selon les calculs de Recyclivre. "Nos métiers traditionnels souffrent de la crise sanitaire", explique Antoine Baudot, directeur de Citeco. Avec cette nouvelle activité, "l'entièreté du flux est accessible à nos travailleurs, de la prise de rendez-vous, collecte, tri, scanning jusqu'au conditionnement". (Belga)