Appuyée par les avions de l'allié russe et par des milices prorégime, l'armée syrienne a largement avancé ces deux jours dans la badiya (désert syrien), aux mains de l'EI depuis 2014. Les troupes loyalistes ont lancé en mai une vaste offensive en vue d'en finir avec l'EI dans cette zone désertique qui s'étend sur 90.000 km2, du centre du pays jusqu'aux frontières jordanienne et irakienne, à l'est et au sud-est. "Le régime est parvenu à encercler la localité d'Oqayrbat et les 44 hameaux environnants, situés à cheval sur les provinces centrales de Hama et Homs", a expliqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. "Avec ces succès (...), la dernière voie d'approvisionnement des combattants (de l'EI) en armes, munitions et matériel dans la zone d'Oqayrbat se trouve sous le feu et le contrôle de l'armée syrienne", a affirmé pour sa part vendredi le ministère russe de Défense. Précisant que les djihadistes cherchaient à fuir vers la province de Deir-Ezzor, leur fief plus à l'est, le ministère a indiqué que "les forces aériennes russes menaient en permanence des vols de reconnaissance via des drones pour trouver et détruire les blindés, les pickups avec armes lourdes et les voitures des terroristes". Également dans cette partie centrale du désert, les troupes loyalistes ont pris le contrôle jeudi "de quatre champs gaziers", dont l'important champ de Twinan, a indiqué l'OSDH. "Ceci correspond à une superficie de 1.000 km2", d'après l'Observatoire. L'agence de presse officielle syrienne Sana a également confirmé l'encerclement de la région d'Oqayrbat et la capture des champs gaziers. Au centre du désert, il ne reste plus à l'armée syrienne, selon l'OSDH, que 25 km à parcourir pour rejoindre les régions d'al-Kom et d'al-Soukhna, ce qui lui permettrait d'assiéger complètement l'EI dans des poches désertiques. L'éviction de l'EI de Homs et Hama permettrait à l'armée de lancer sa bataille pour la reprise de Deir Ezzor, province pétrolière située également dans le désert syrien et aux portes de l'Irak. (Belga)

Appuyée par les avions de l'allié russe et par des milices prorégime, l'armée syrienne a largement avancé ces deux jours dans la badiya (désert syrien), aux mains de l'EI depuis 2014. Les troupes loyalistes ont lancé en mai une vaste offensive en vue d'en finir avec l'EI dans cette zone désertique qui s'étend sur 90.000 km2, du centre du pays jusqu'aux frontières jordanienne et irakienne, à l'est et au sud-est. "Le régime est parvenu à encercler la localité d'Oqayrbat et les 44 hameaux environnants, situés à cheval sur les provinces centrales de Hama et Homs", a expliqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. "Avec ces succès (...), la dernière voie d'approvisionnement des combattants (de l'EI) en armes, munitions et matériel dans la zone d'Oqayrbat se trouve sous le feu et le contrôle de l'armée syrienne", a affirmé pour sa part vendredi le ministère russe de Défense. Précisant que les djihadistes cherchaient à fuir vers la province de Deir-Ezzor, leur fief plus à l'est, le ministère a indiqué que "les forces aériennes russes menaient en permanence des vols de reconnaissance via des drones pour trouver et détruire les blindés, les pickups avec armes lourdes et les voitures des terroristes". Également dans cette partie centrale du désert, les troupes loyalistes ont pris le contrôle jeudi "de quatre champs gaziers", dont l'important champ de Twinan, a indiqué l'OSDH. "Ceci correspond à une superficie de 1.000 km2", d'après l'Observatoire. L'agence de presse officielle syrienne Sana a également confirmé l'encerclement de la région d'Oqayrbat et la capture des champs gaziers. Au centre du désert, il ne reste plus à l'armée syrienne, selon l'OSDH, que 25 km à parcourir pour rejoindre les régions d'al-Kom et d'al-Soukhna, ce qui lui permettrait d'assiéger complètement l'EI dans des poches désertiques. L'éviction de l'EI de Homs et Hama permettrait à l'armée de lancer sa bataille pour la reprise de Deir Ezzor, province pétrolière située également dans le désert syrien et aux portes de l'Irak. (Belga)