La guerre qui ravage la Syrie a débordé sur le Liban, où l'EI a revendiqué plusieurs attaques meurtrières, combattu l'armée et le Hezbollah et pris pied en 2014 dans les régions montagneuses de l'est, à la frontière syrienne. L'arrêt unilatéral des hostilités est entré en vigueur à 07h00 (06h00 en Belgique) et devrait ouvrir la voie à la dernière phase des négociations sur le sort des soldats qui avaient été enlevés, a indiqué le commandement de l'armée dans un communiqué. L'armée libanaise avait lancé le 19 août son offensive dans deux régions montagneuses connues sous le nom de Jouroud Ras Baalbeck et Jouroud al-Qaa. Elle avait annoncé mardi avoir pris le contrôle de la plus grande partie du territoire tenu par les djihadistes. Six soldats libanais ont été tués par des mines depuis le début de la campagne. Neuf soldats seraient encore aux mains de leurs ravisseurs qui appartiennent à l'EI, on ignore s'ils sont morts ou vivants. "Les négociations sont en cours pour que l'EI se retire et fournisse des informations sur le sort des soldats", a indiqué à l'AFP une source au sein de l'armée. Elle a d'autre part affirmé que la durée de la trêve n'avait pas été établie. (Belga)

La guerre qui ravage la Syrie a débordé sur le Liban, où l'EI a revendiqué plusieurs attaques meurtrières, combattu l'armée et le Hezbollah et pris pied en 2014 dans les régions montagneuses de l'est, à la frontière syrienne. L'arrêt unilatéral des hostilités est entré en vigueur à 07h00 (06h00 en Belgique) et devrait ouvrir la voie à la dernière phase des négociations sur le sort des soldats qui avaient été enlevés, a indiqué le commandement de l'armée dans un communiqué. L'armée libanaise avait lancé le 19 août son offensive dans deux régions montagneuses connues sous le nom de Jouroud Ras Baalbeck et Jouroud al-Qaa. Elle avait annoncé mardi avoir pris le contrôle de la plus grande partie du territoire tenu par les djihadistes. Six soldats libanais ont été tués par des mines depuis le début de la campagne. Neuf soldats seraient encore aux mains de leurs ravisseurs qui appartiennent à l'EI, on ignore s'ils sont morts ou vivants. "Les négociations sont en cours pour que l'EI se retire et fournisse des informations sur le sort des soldats", a indiqué à l'AFP une source au sein de l'armée. Elle a d'autre part affirmé que la durée de la trêve n'avait pas été établie. (Belga)