"C'est l'armée américaine qui les a tués, et c'est elle qui va en payer le prix", a mis en garde dans une allocution télévisée, le chef du mouvement pro-iranien. "Le juste châtiment, (visera, ndlr) la présence militaire américaine dans la région", a-t-il averti. "Les bases militaires américaines, les navires militaires, chaque officier et soldat dans la région". Le chef du Hezbollah a averti qu'il ne fallait pas s'en prendre aux "citoyens américains", c'est à dire "les hommes d'affaires, ingénieurs, journalistes et médecins" américains dans la région. "La bataille, la confrontation, le juste châtiment, c'est pour ceux qui ont exécuté (l'opération) et c'est l'armée américaine qui a mené à bien le meurtre et l'assassinat" du général Soleimani et d'Abou Mehdi al-Mouhandis, l'homme de l'Iran en Irak et numéro deux du Hachd al-Chaabi, a indiqué M. Nasrallah. "Quand les cercueils des soldats et des officiers américains (...) commenceront à revenir aux Etats-Unis, (le président américain Donald) Trump et son administration comprendront qu'ils ont perdu la région", a-t-il ajouté. Artisan de la stratégie militaire iranienne au Moyen-Orient, le général iranien Qassem Soleimani était à la tête de l'unité Qods, force spéciale des Gardiens de la Révolution iraniens, chargée des opérations extérieures. (Belga)

"C'est l'armée américaine qui les a tués, et c'est elle qui va en payer le prix", a mis en garde dans une allocution télévisée, le chef du mouvement pro-iranien. "Le juste châtiment, (visera, ndlr) la présence militaire américaine dans la région", a-t-il averti. "Les bases militaires américaines, les navires militaires, chaque officier et soldat dans la région". Le chef du Hezbollah a averti qu'il ne fallait pas s'en prendre aux "citoyens américains", c'est à dire "les hommes d'affaires, ingénieurs, journalistes et médecins" américains dans la région. "La bataille, la confrontation, le juste châtiment, c'est pour ceux qui ont exécuté (l'opération) et c'est l'armée américaine qui a mené à bien le meurtre et l'assassinat" du général Soleimani et d'Abou Mehdi al-Mouhandis, l'homme de l'Iran en Irak et numéro deux du Hachd al-Chaabi, a indiqué M. Nasrallah. "Quand les cercueils des soldats et des officiers américains (...) commenceront à revenir aux Etats-Unis, (le président américain Donald) Trump et son administration comprendront qu'ils ont perdu la région", a-t-il ajouté. Artisan de la stratégie militaire iranienne au Moyen-Orient, le général iranien Qassem Soleimani était à la tête de l'unité Qods, force spéciale des Gardiens de la Révolution iraniens, chargée des opérations extérieures. (Belga)