L'installation de Khurais, dans l'est du royaume, a été frappée quatre fois et des incendies y ont fait rage cinq heures durant, a déclaré aux journalistes un responsable du géant pétrolier saoudien Aramco qui gère le site, ce qui a contribué à la réduction de moitié de la production du premier exportateur d'or noir et entraîné une flambée des prix. La visite a été organisée au lendemain d'une tournée dans la région du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo qui a semblé vouloir calmer le jeu, affirmant que son pays privilégiait une "solution pacifique" avec l'Iran, pourtant accusé d'être derrière les attaques par Washington et Ryad. Les reporters invités à inspecter les dégâts à Khurais ont constaté des scènes de destruction, avec des grues déployées au milieu de débris calcinés, après ces attaques revendiquées par les rebelles yéménites Houthis, soutenus politiquement par Téhéran. Les techniciens s'activaient à évaluer les importants dommages causés à un stabilisateur, une tour de métal servant à éliminer du pétrole le gaz dissous et de l'hydrogène sulfuré. Au moment de l'attaque, "il y avait plus de 200 à 300 personnes à l'intérieur des installations", a déclaré Fahad Abdelkarim, l'un des directeurs d'Aramco. "Il y a eu quatre explosions" et plusieurs incendies ont ensuite fait rage, a ajouté M. Abdelkarim guidant les journalistes sur le site. "Personne n'a été blessé", a-t-il assuré. Les dégâts matériels sont par contre considérables : de gros tuyaux en métal ont été déformés par l'impact des explosions et se trouvent éparpillés dans la zone visée. Selon les autorités saoudiennes, pas moins de 18 drones et sept missiles de croisière ont été utilisés dans ces attaques. Malgré l'ampleur des dégâts, Aramco demeure optimiste quant à la reprise complète de sa production d'ici la fin du mois de septembre. "Une équipe d'urgence a été constituée pour réparer l'usine, relancer les activités et ramener (la production) à son niveau habituel", a souligné M. Abdelkarim. "En moins de 24 heures, 30% de l'usine était opérationnel", a-t-il dit affirmant que "la production sera au même niveau qu'avant l'attaque d'ici la fin du mois". "Nous reviendrons plus forts", a-t-il promis, alors que les journalistes s'apprêtaient à se rendre sur le deuxième site attaqué, celui d'Abqaiq. Au même moment, les rebelles Houthis du Yémen ont accusé la coalition dirigée par Ryad d'une "grave escalade à Hodeida, de nature à dynamiter l'accord" conclu en décembre à Stockholm sur une trêve et un redéploiement des forces dans cette ville portuaire stratégique de l'ouest du Yémen. "Les raids intensifs sur Hodeida sont une grave escalade", a déclaré Mohammed Abdessalem, l'un des dirigeants des Houthis, cité par leur chaîne de télévision Al-Massirah au lendemain de frappes annoncées par la coalition qui intervient depuis 2015 au Yémen pour soutenir les forces progouvernementales. Les Houthis continuent d'occuper le port de Hodeida en dépit d'un accord parrainé par les Nations unies et signé en décembre 2018, prévoyant de céder le contrôle de cette installation à des forces neutres (les anciens agents de la douane) et un redéploiement des forces des rebelles et du gouvernement autour de la ville. (Belga)