Les personnes âgées de 50 ans ou plus peuvent, depuis jeudi, se procurer en pharmacie leur vaccin contre la grippe sans ordonnance. Elles n'ont ainsi à consulter le médecin qu'une seule fois pour se le faire inoculer, une démarche sûre pour le patient qui implique moins de charge administrative pour le praticien. Cependant, l'APB craint d'éventuelles pénuries si les citoyens concernés se rendent tous à la pharmacie en même temps. "Trois millions de vaccins seront fournis cette année, soit 700.000 de plus que l'année dernière. Mais la demande a énormément augmenté et si nous devons vacciner tous ceux qui répondent aux conditions requises, nous ne pourrons probablement pas le faire. Tous les vaccins n'ont pas encore été livrés." C'est pourquoi l'organisation demande aux personnes en bonne santé de plus de 50 ans de temporiser leur visite chez l'apothicaire. "Nous devons donner la priorité aux plus vulnérables, tels que les personnes âgées, les malades chroniques et le personnel de santé. Il n'y aura certainement pas de vaccins excédentaires", avertit-elle. (Belga)

Les personnes âgées de 50 ans ou plus peuvent, depuis jeudi, se procurer en pharmacie leur vaccin contre la grippe sans ordonnance. Elles n'ont ainsi à consulter le médecin qu'une seule fois pour se le faire inoculer, une démarche sûre pour le patient qui implique moins de charge administrative pour le praticien. Cependant, l'APB craint d'éventuelles pénuries si les citoyens concernés se rendent tous à la pharmacie en même temps. "Trois millions de vaccins seront fournis cette année, soit 700.000 de plus que l'année dernière. Mais la demande a énormément augmenté et si nous devons vacciner tous ceux qui répondent aux conditions requises, nous ne pourrons probablement pas le faire. Tous les vaccins n'ont pas encore été livrés." C'est pourquoi l'organisation demande aux personnes en bonne santé de plus de 50 ans de temporiser leur visite chez l'apothicaire. "Nous devons donner la priorité aux plus vulnérables, tels que les personnes âgées, les malades chroniques et le personnel de santé. Il n'y aura certainement pas de vaccins excédentaires", avertit-elle. (Belga)